Zona : cuisant quand il se réveille

, par  Isabelle Coston

Tapi dans les ganglions sensitifs rachidiens, le zona, qui est une réactivation du virus de la varicelle contractée dans l’enfance, attend son heure... Il attaquera à la faveur d’une baisse de l’immunité des cellules de l’organisme.

L’apparition du zona coïncide avec l’affaiblissement des défenses immunitaires. C’est la raison pour laquelle la prévalence de cette maladie infectieuse augmente avec l’âge. Les plus de 50 ans représentent les deux tiers des cas et, à partir de 80 ans, le taux d’incidence monte très vite. Resté latent dans l’organisme à la suite d’une infection, le virus varicelle-zona (VZV) est présent chez 99 % de la population. Une personne sur quatre développera un zona dans sa vie, et l’on observe, en France, 300 000 nouveaux cas en moyenne par an.

De vives douleurs

Les douleurs décrites par les personnes touchées s’apparentent à d’intenses brûlures, souvent à la limite du supportable. « Je me suis aperçue de la présence du zona lorsque quelqu’un m’a touché l’épaule, raconte Paule, 75 ans. Sa main m’a littéralement brûlée. Cette partie de mon corps était devenue immédiatement très sensible au toucher. » Heureusement, Paule a été tout de suite traitée, et les douleurs ont rapidement diminué, au fur et à mesure de la prise des médicaments. Au bout de trois jours, elles avaient complètement disparu.
Parallèlement à ces douleurs très spécifiques, le zona se manifeste par des rougeurs, accompagnées ou non de pustules sur la zone irritée. Paule a eu de la chance : son zona a été immédiatement traité et a donc disparu. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas.

Des complications invalidantes

La complication la plus fréquente du zona est l’algie post-zostérienne (douleur après la maladie), qui apparaît chez 20 à 50 % des patients de plus de 50 ans et dont
la fréquence et la gravité augmentent avec l’avancée en âge. Les douleurs neuropathiques, qui peuvent persister plusieurs mois, voire plusieurs années après la guérison de l’éruption, entraînent parfois chez les seniors une altération des capacités fonctionnelles et de la qualité de vie. Ces personnes sont angoissées, déprimées, dorment mal et finissent par s’isoler. Les répercussions psychiques et sociales sont importantes, susceptibles même d’amorcer la perte d’autonomie. Le professeur Gilles Berrut, gériatre au CHU de Nantes et co-auteur du livre blanc sur le zona*, décrit des situations dramatiques où, « obnubilés par leurs douleurs, certains patients en fin de vie voient les derniers mois qu’ils pourraient passer auprès des leurs complètement gâchés ». « Ils sont tellement abrutis par les médicaments administrés pour les soulager qu’ils ne peuvent même plus parler à leurs proches », ajoute-t-il.

Un vaccin bénéfique pour les seniors

Au-delà du coût élevé que représente le traitement de cette maladie, en raison des consultations, voire des hospitalisations qu’elle occasionne, ce sont surtout les conséquences sur le moral et les conditions de vie des malades qui ont conduit les médecins à recommander le Zostavax, un vaccin commercialisé en France depuis juin 2015. Après de nombreuses études, le discours des autorités sanitaires en France a changé, et ces dernières ont décidé de le faire prescrire et rembourser à 30 % par l’Assurance maladie pour les personnes âgées de 65 ans et plus. Ce vaccin prévient 51 % des risques d’apparition du zona, mais, surtout, « on constate moins de formes graves chez les personnes vaccinées de plus de 75 ans », explique le professeur Gilles Berrut. Le vaccin permet aussi d’éviter 67 % des risques de douleur après la maladie. Un vrai bénéfice, car, dans les années à venir, le vieillissement de la population entraînera l’augmentation du nombre de cas de zona et d’algies post-zostériennes.

* Livre blanc Le zona aujourd’hui:vers la prévention d’une pathologie et de ses complications, Pr G. Berrut (gériatre), Pr A. Serrie (thérapeute en médecine de la douleur), Pr N. Attal (neurologue), Dr J.-L. Gallais (médecin généraliste), Pr J.-P. Stahl (infectiologue), Pr C. Le Pen (économiste de la santé), juillet 2015.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS