Vrai-faux : les pieds, ces malmenés

Les pieds endurent au minimum 5 000 à 6 000 pas chaque jour. Ils sont fatigués, confinés, égratignés et se vengent : 65 % des Français en souffrent, selon l’Union française pour la santé du pied. Hauts talons, ampoules, pieds gonflés et fractures de fatigue : comment prendre soin de ses petits « petons » en six points.

Les chaussures à talons sont les pires ennemies des pieds

Faux. Jusqu’à 5 centimètres, les talons se portent facilement au quotidien, d’autant mieux s’ils sont larges. Ceux de 8 ou 9 centimètres, eux, sont à éviter : « A cette hauteur, le pied ne peut pas se dérouler normalement, avec des risques de troubles de l’équilibre et des articulations », explique Cécile Blanchet-Richardot, pédicure-podologue. Et marcher en permanence à plat, est-ce bénéfique ? « Cela dépend de l’anatomie du pied, nuance la podologue. Certaines personnes ne se sentent bien qu’en hauteur, car leur tendon d’Achille est court. Inversement, d’autres, parce que la courbure de leur pied ne s’y prête pas, ne pourront pas porter de chaussures à talons et préféreront rester près du sol. »

Les mauvaises odeurs sont dues à la transpiration

Vrai. Enfermés toute la journée, les pieds transpirent. L’humidité stagne, porte d’entrée des mycoses, des verrues et des mauvaises odeurs. Entasser ses escarpins et ses baskets dans un placard n’arrange rien : « C’est comme transpirer dans un tee-shirt, que vous rangeriez dans son tiroir sans le laver pour le remettre tel quel deux jours plus tard… », fait remarquer la podologue.
Les pédicures-podologues regrettent que les pieds soient toujours perçus comme malodorants. Une fois lavés et bien séchés – pour éviter, là aussi, que l’humidité ne s’immisce entre les orteils –, ils sont aussi neutres, olfactivement parlant, que les mains. Les mauvaises odeurs sont donc souvent liées à l’intérieur des chaussures. Pour y mettre fin, il faut nettoyer ces dernières régulièrement en les tamponnant avec un coton très légèrement imbibé d’alcool à 70 °C.

Les ampoules sont bénignes

Faux. Le frottement répété d’une ampoule contre le cuir de la sandale n’a, certes, rien d’agréable. De là à la considérer comme « dangereuse »… « Pourtant, aucune ampoule n’est anodine, souligne Cécile Blanchet-Richardot. C’est une brûlure. Si elle s’infecte, elle peut dégénérer très vite, d’autant plus chez les diabétiques. » Les personnes immunodéprimées ou souffrant d’une artérite des membres inférieurs doivent également être prudentes. Certains signes peuvent alerter : une zone enflée, rouge et douloureuse qui s’étend autour de la cloque, des écoulements, voire, dans les cas extrêmes, de la fièvre.

Le pied gonflé en fin de journée est banal

Vrai et faux. Vous êtes en bonne santé, et il fait 35 °C… Pas de panique, vos pieds gonflent parce que la chaleur augmente la rétention d’eau. C’est le principal facteur de gonflement, avec la mauvaise circulation du sang. En revanche, l’hiver, si vos pieds gonflent, cherchez les responsables : des problèmes de retour veineux, des chaussures étroites et inadaptées, une mauvaise posture, une source de chaleur diffusée près du sol ou une alimentation trop riche en sel, ce dernier favorisant la rétention d’eau. Quant aux femmes enceintes, leurs pieds sont souvent gonflés en fin de grossesse, du fait de l’augmentation du volume sanguin et de la pression de l’utérus sur la veine cave, compromettant le bon retour veineux des membres inférieurs.

La fracture de fatigue est réservée aux sportifs de haut niveau

Faux. Le sportif amateur comme la femme coquette peuvent tout autant en être victimes : « C’est une question de surmenage du pied, explique Cécile Blanchet-Richardot. Une femme de 50 ans ayant des troubles statiques ou qui porte des talons aiguilles tous les jours, par exemple, peut avoir une fracture de fatigue parce qu’elle aura trop sollicité son avant-pied. » Idem pour le sportif qui reprend la course à pied après une longue pause hivernale, la pratique sur sol dur avec des chaussures mal adaptées et sans semelles amortissantes renforçant le risque.
Soyez vigilant à la moindre douleur, car si au départ seules des microlésions apparaissent, par répétition elles entraînent la fracture de fatigue. Les facteurs aggravants : le manque d’échauffement, la mauvaise alimentation, le manque d’hydratation, les variations hormonales et l’anorexie.

L’hallux valgus concerne en majorité les femmes

Vrai. L’hallux valgus est une déformation de l’os situé derrière le gros orteil, qui bifurque vers l’extérieur. Il concerne essentiellement les femmes, « mais de plus en plus d’hommes sont affectés », commente la pédicure-podologue. Le facteur héréditaire joue un grand rôle dans l’orientation de cet os, appelé premier métatarsien. Si les femmes de votre famille s’en plaignaient, surveillez-le. De manière générale, évitez les collants trop serrés, qui compriment vos orteils, et les chaussures étroites, pour la même raison.
L’hallux valgus n’est pas une fatalité : il se soigne très bien en chirurgie ambulatoire. Vous aurez seulement quelques précautions postopératoires à respecter : surélever votre pied la nuit, porter une chaussure orthopédique adaptée ou ne pas croiser les jambes.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS