Violences éducatives ordinaires : des effets dévastateurs pour les enfants

, par  Delphine Delarue

A l’occasion de la Journée internationale de la non-violence éducative qui a eu lieu le 30 avril, les associations de défense des droits de l’enfant ont souligné les conséquences catastrophiques que peuvent avoir les fessées, claques, et humiliations à répétition sur la santé, le développement et le psychisme des plus jeunes.

Le 30 avril, la Journée internationale de la non-violence éducative a permis de rappeler que de simples gifles, fessées, oreilles tirées ou même des tapes sur les mains peuvent avoir des effets dévastateurs sur les enfants. D’après l’Unicef, 85 % des 2-14 ans dans le monde sont régulièrement soumis à des châtiments corporels ou à des agressions psychologiques (menaces, humiliations, chantage affectif). Et selon la Fondation pour l’enfance, plus de la moitié des parents frapperaient leurs enfants avant l’âge de 2 ans et les trois-quarts avant 5 ans. Or, l’association Stop Veo (pour Violence Educative Ordinaire), qui a lancé il y a quinze jours une campagne d’information sur le sujet, précise que « 75 % des maltraitances ont débuté dans un contexte de punitions corporelles ayant escaladé dans la maltraitance […] ; au point qu’en France, deux enfants par jour meurent sous les coups de leurs parents ». De nombreuses études, notamment en neurosciences, ont en outre « prouvé les méfaits pour la santé et l’inefficacité » de la violence éducative.

Altération de l’estime et de la confiance en soi

Cette violence physique, psychologique ou verbale communément admise parce que souvent transmise de génération en génération, utilisée envers l’enfant au prétexte de son éducation, accroîtrait le risque « d’altération de son estime et de sa confiance en lui ainsi que son potentiel d’apprentissage », explique Stop Veo. Ce n’est pas tout : à plus ou moins long terme, l’enfant aurait davantage tendance à « développer des troubles psychologiques (anxiété, dépression, comportements à risque envers soi ou les autres, voire agressifs et asociaux (car il pensera qu’un conflit ne se règle que par la violence) ou d’en subir (car il pensera qu’il est normal de subir des violences) ».

Méconnaissance des conséquences

Souvent, les parents pensent pourtant bien faire, rappelle la Fondation pour l’enfance. La plupart des adultes ont « intégré cette violence comme étant normale, par un processus psychique », explique la Fondation pour l’enfance. Ils « méconnaissent les conséquences de ces châtiments » et reproduisent le schéma familial et l’éducation qu’ils ont eux-mêmes reçue. Malgré tout, la protection des enfants contre toutes les formes de violence est un droit fondamental garanti par la Convention relative aux droits de l’enfant. La fessée est d’ailleurs interdite dans cinquante et un pays, mais elle reste tolérée en France où il existe encore un « droit de correction » issu du Code civil de 1804. Les choses devraient toutefois bientôt évoluer : en novembre 2018, l’Assemblée nationale a adopté une loi contre les violences éducatives ordinaires qui passera prochainement au Sénat. Cette loi, déposée par Maud Petit, députée du Val-de-Marne, doit inscrire dans le Code civil que « l’autorité parentale s’exerce sans violence physique ou psychologique ». Un extrait qui sera notamment lu par le maire durant les cérémonies de mariage.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS