Vers une prime à la vie saine ?

, par  Ciem

Certains assureurs veulent récompenser leurs clients ayant un mode de vie sain. C’est le cas par exemple de Generali, qui propose depuis le 1er janvier aux 134 000 entreprises avec qui elle a un contrat et à leurs salariés une «  assurance au comportement  », comme le pratiquent déjà certains assureurs automobiles. Ceux qui désirent souscrire au programme sont invités à remplir un questionnaire en ligne pour faire un bilan de santé et se voient proposer des objectifs personnalisés : effectuer un certain nombre de pas par jour, manger des fruits et légumes, s’inscrire dans une salle de sport… En atteignant ces objectifs, les participants gagnent des points qui se convertissent en cadeaux. En France, la loi interdit de faire varier les tarifs en fonction du comportement ou de l’état de santé, et la formule offrant des récompenses a été adaptée à cette législation. De plus, les assurances ne peuvent pas avoir accès aux données de santé. Generali a donc créé une filiale chargée de gérer les données, indépendante de la partie assurance. «  Ce type de programme valorise les comportements vertueux, mais il crée aussi une différence de traitement avec ceux qui ne veulent pas ou ne peuvent pas le suivre  », souligne Magali Leo, chargée de mission au Collectif interassociatif sur la santé (Ciss). «  Il faut rester très vigilant, confirme le docteur Lucas, vice-président du Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom). Il devrait y avoir un grand débat autour de cette question à la fois sociale, sociétale et politique.  »

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)