Vers une fin progressive du confinement à partir du 11 mai

, par  Léa Vandeputte

Le confinement va se prolonger pendant au moins quatre semaines, a déclaré à la télévision le chef de l’État, Emmanuel Macron. A partir du 11 mai, les mesures de déconfinement seront prises pour espérer sortir de la crise sanitaire.

Pour la quatrième fois depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19, le président de la République, Emmanuel Macron, s’est adressé aux Français le lundi 13 avril dans une allocution télévisée pour annoncer la prolongation du confinement jusqu’au 11 mai. « L’espoir renaît, oui, mais rien n’est acquis », a-t-il constaté, avant d’ajouter : « Nous devons donc poursuivre nos efforts et continuer d’appliquer les règles. Plus elles seront respectées, plus nous sauveront de vies. »

S’adapter au fur et à mesure

Si l’annonce d’une date de fin du confinement offre un objectif précis aux Français et les aide à aborder les prochaines semaines, le retour à la vie « normale » ne se fera pas du jour au lendemain. «  Les règles pourront être adaptées en fonction de nos résultats car l’objectif premier demeure la santé de tous les Français », a concédé le président. Les crèches, les écoles, les collèges et les lycées devraient rouvrir leurs portes petit à petit. « C’est pour moi une priorité car la situation actuelle creuse des inégalités, a martelé Emmanuel Macron. Trop d’enfants, notamment dans les quartiers populaires et dans nos campagnes, sont privés d’école sans avoir accès au numérique, et ne peuvent être aidés de la même manière par les parents. Dans cette période, les inégalités de logement, les inégalités entre familles sont encore plus marquées. » L’objectif de cette proposition est aussi de permettre le retour au travail des parents qui sont actuellement en arrêt maladie pour pouvoir accompagner leurs enfants. Mais de nombreux syndicats d’enseignants, à l’image de la Fédération syndicale unitaire (FSU), et des associations ont fait connaître leur inquiétude face au risque de contamination. En revanche, dans les établissements de l’enseignement supérieur, les cours ne reprendront pas physiquement avant la rentrée de septembre. Enfin, les lieux rassemblant du public, restaurants, cafés et hôtels, cinémas, théâtres, salles de spectacles et musées resteront quant à eux fermés jusqu’à nouvel ordre.

Masques, tests, vaccins, traitements…

Dans la période de l’après-confinement, il faudra continuer d’appliquer des consignes sanitaires strictes. « En complément des “gestes barrières” que vous connaissez bien et qu’il vous faudra continuer à appliquer, l’État, à partir du 11 mai, en lien avec les maires, devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public, a d’ailleurs annoncé le président de la République. Pour les professions les plus exposées et pour certaines situations, comme dans les transports en commun, son usage pourra devenir systématique. » Le gouvernement veut également que toute personne présentant des symptômes soit testée. Cette information a été confirmée dans la soirée par Olivier Véran, le ministre de la Santé, qui a précisé que « tout malade sera isolé, et nous pourrons ainsi casser les chaînes de transmission du virus ».

En parallèle, une application mobile pourrait être déployée pour repérer le parcours des personnes malades et identifier tous ceux qui ont été en contact avec le virus. Cette innovation sera soumise à l’approbation des parlementaires. Pour finir, Emmanuel Macron est revenu sur les solutions médicales à l’épidémie dont la recherche d’un vaccin qui prendra plusieurs mois. « Notre pays investira encore plus massivement dans la recherche et je porterai dans les prochains jours une initiative avec nombre de nos partenaires en votre nom pour accélérer les travaux en cours », a-t-il indiqué. Autre voie possible, celle des traitements : « Toutes les options sont explorées et notre pays est celui qui a engagé le plus d’essais cliniques en Europe », a assuré le président.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)