L’Unicef vise un objectif de 100% d’enfants vaccinés dans le monde

, par  Delphine Delarue

A quelques jours de la Semaine européenne de la vaccination, du 20 au 25 avril, l’Unicef France lance une grande campagne de sensibilisation destinée à lever les fonds nécessaires à l’immunisation de tous les enfants de la planète contre la poliomyélite, la rougeole, le tétanos, la diphtérie ou encore la coqueluche. Des maladies évitables, qui malheureusement font encore plus d’un million de petites victimes chaque année à travers le monde.

Alors que des maladies comme la poliomyélite ou la rougeole font encore de nombreuses jeunes victimes à l’échelle de la planète, un enfant sur cinq dans le monde n’a toujours pas accès à la vaccination. Résultat : plus d’un million d’enfants meurent chaque année des suites de pathologies pour lesquelles il existe pourtant un vaccin. Pour inverser la tendance, l’Unicef France vient de lancer une grande campagne d’information, quelques jours avant la Semaine de la vaccination, prévue du 20 au 25 avril. Au-delà des polémiques liées aux vaccins, Michèle Barzach, présidente de l’agence onusienne française, rappelle que grâce à ce « moyen efficace et peu coûteux » « des maladies graves comme la diphtérie, le tétanos ou la coqueluche ont beaucoup reculé, la poliomyélite a presque totalement disparu et des millions d’enfants ont pu être sauvés ».

100 millions de dollars sur cinq ans

Baptisée « Objectif 100 % d’enfants vaccinés », cette campagne entend sensibiliser le grand public et permettre la levée des fonds nécessaires à la protection de l’ensemble de la population infantile mondiale. Pour atteindre cet objectif d’ici à 2020, l’Unicef aura besoin de 100 millions de dollars sur cinq ans. La moitié de cette somme serait consacrée à éradiquer la poliomyélite, encore endémique en Afghanistan, au Nigéria et au Pakistan. Selon l’agence, si tous les enfants concernés étaient immunisés par les vaccins existants, près de 25 millions de vies pourraient être sauvées en une dizaine d’années, essentiellement dans des pays comme la République démocratique du Congo (RDC), l’Ethiopie, l’Inde, l’Indonésie, l’Irak, les Philippines, l’Ouganda ou l’Afrique du Sud. Actuellement, « la vaccination sauve chaque année deux à trois millions d’enfants dans le monde », précise l’Unicef.
Plusieurs actions sont prévues, et notamment une présence active sur Twitter, un appel aux dons via un spot télé et deux événements sportifs solidaires : la course connectée Unicef Heroes Day, qui aura lieu le 19 avril simultanément en France et à l’étranger, et l’Energizer Night Run, une course de nuit qui se déroulera le 4 juillet dans le parc de Saint-Cloud.

Renseignements
Unicef.fr.

 

Source
« Campagne objectif 100 % d’enfants vaccinés », Unicef France, dossier de presse, avril 2015.

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS