Une campagne d’information itinérante pour dépister le glaucome

, par  Delphine Delarue

A l’occasion de la Journée mondiale de la vue, l’Union nationale des aveugles et déficients visuels (Unadev) relance sa campagne de sensibilisation au glaucome, une maladie de l’œil qui touche plus d’un million de personnes en France. Au programme : rendez-vous d’information et dépistages gratuits dans plus d’une quinzaine de villes en France.

Première cause de cécité absolue en France, le glaucome concerne plus d’un million de personnes dont la moitié l’ignorent. Liée à l’âge, cette maladie est due à une mauvaise vascularisation du nerf optique ou à une pression trop élevée dans le globe oculaire. Asymptomatique pendant de nombreuses années, elle altère progressivement le champ visuel jusqu’à ce que le patient ne voie plus que le centre de l’image (vision tubulaire). L’atteinte visuelle est alors irréversible et s’aggrave encore si rien n’est fait.
Pour améliorer la prise en charge, l’Union nationale des aveugles et déficients visuels (Unadev) vient de relancer sa campagne nationale de sensibilisation mise en place en 2011. Avec le soutien de la Société française du glaucome (SFG), de la Société française d’ophtalmologie (SFO) et de l’Association France Glaucome, l’Unadev organise à cette occasion une tournée d’information dans une quinzaine de villes en France.

Quatre examens indolores

Toutes les personnes âgées de plus de 40 ans qui le souhaitent peuvent venir se faire dépister gratuitement dans le cabinet médical mobile de l’association, le Bus du glaucome. Assisté d’un orthoptiste, un ophtalmologiste procède à quatre examens indolores : une mesure de la tension intraoculaire et une autre de l’épaisseur de la cornée, une photo du fond de l’œil sans dilatation pour vérifier l’état du nerf optique et un contrôle du champ visuel. Si nécessaire, les patients sont ensuite orientés vers un autre ophtalmologiste pour un bilan plus complet. Ce dépistage dure une dizaine de minutes au total (les personnes porteuses de lentilles devront venir sans ou les retirer avant l’examen). C’est la seule façon de détecter la présence d’un glaucome et de stopper alors l’évolution de la maladie par la mise en place de traitements adaptés (collyres pour abaisser le niveau de la tension oculaire, laser ou intervention chirurgicale dans les cas les plus avancés). Le Bus du glaucome s’arrêtera du 18 au 20 octobre à Lille (place de la République), du 16 au 17 novembre à Caen (quai Vendeuvre) et du 23 au 24 novembre à Brest (place Wilson).

D’autres étapes sont prévues à Nantes, Bordeaux, Poitiers, Angers, Tours, Reims, Paris, Strasbourg, Lyon, Grenoble, Perpignan et Marseille. Pour connaître toutes les dates : Unadev.com .

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS