Un tiers des Européens atteints de troubles mentaux

, par  Mathilde Leroy

D’après une étude présentée récemment à Paris, lors du XXIVe congrès du Collège européen de neuropsychopharmacologie, les pathologies les plus fréquentes en termes de maladies mentales et neurologiques, sont les troubles anxieux, l’insomnie et la dépression majeure.

Selon une étude menée par le Collège européen de neuropsychopharmacologie (European College of Neuropsychopharmacologie, ECNP) et publiée il y a quelques jours à l’occasion de son XXIVe congrès à Paris, 38 % des Européens souffriraient de maladies mentales ou de troubles neurologiques. Cette étude inédite, menée sur 514 millions d’individus dans trente pays – Union européenne, Suisse, Islande, Norvège –, révèle en outre que les troubles anxieux sont les plus fréquents (14 % des malades), suivis de l’insomnie (7 %), de la dépression majeure (6,9 %), des troubles somatoformes (6,3 %) et de la dépendance à la drogue ou à l’alcool (4 %). La démence due à la maladie d’Alzheimer ou à des troubles d’origine vasculaire toucherait quant à elle 30 % des plus de 85 ans. Des chiffres inquiétants, mais qui restent à peu près similaires à ceux établis par une précédente enquête datant de 2005, exception faite de la démence, dont la prévalence s’accroît en raison de l’augmentation de l’espérance de vie.

Seul un tiers des malades sont traités

Autre chiffre qui n’a pas bougé depuis 2005 : seul un tiers des malades sont traités. Des patients qui ont souvent dû attendre des délais considérables avant d’être correctement pris en charge. D’après l’ECNP, cette situation dramatique s’explique notamment par la stigmatisation des troubles mentaux, par le tabou qu’ils représentent dans la société, par l’absence de sensibilisation du grand public à leurs problématiques et par une fragmentation trop importante des disciplines dans les domaines de la recherche. Pour les experts du rapport, une action concertée prioritaire est nécessaire à tous les niveaux, de même qu’une augmentation du financement de la recherche afin de combler les lacunes thérapeutiques.

Sources
- Communiqué « The size and burden of mental disorders and other disorders of the brain in Europe », European College of neuropsychopharmacologie (ECNP), 5 septembre 2011.
- « Un Européen sur trois souffre de troubles mentaux ou neurologiques », Coline Garré, Lequotidiendumedecin.fr, 5 septembre 2011 : http://www.lequotidiendumedecin.fr/...

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS