Un pas de plus vers la carte Vitale dématérialisée

, par  Léa Vandeputte

Déjà testée dans huit départements, l’application carte Vitale devrait être généralisée dans le courant de l’année. Elle remplacera, pour ceux qui le souhaitent, la carte physique.

Un nouveau décret, entré en vigueur le 1er janvier, marque l’accélération du développement de la version dématérialisée de la carte Vitale. Après une expérimentation lancée en 2022 au sein de huit caisses d’Assurance maladie (Alpes-Maritimes, Bas-Rhin, Loire-Atlantique, Puy-de-Dôme, Rhône, Saône-et-Loire, Sarthe et Seine-Maritime), elle sera déployée progressivement sur le territoire national en 2023.

Les avantages du numérique

La version physique, en plastique, créée en 1998, sera donc bientôt complétée par une application mobile spécifique appelée ApCV, pour appli carte Vitale. « Avec l’utilisation croissante d’outils numériques dans le quotidien des Français, il était nécessaire que la carte Vitale existe aussi en application pour smartphone », justifie le site de l’Assurance maladie, Ameli.fr. Cette nouveauté poursuit plusieurs objectifs. En plus de constituer une étape importante du virage numérique en santé, elle va permettre de simplifier le traitement des remboursements de frais de santé. Elle va par ailleurs « fluidifier les relations entre professionnels de santé et assurés », selon l’Assurance maladie qui précise : « il y a plus de chances que les patients aient leur carte Vitale avec leur smartphone et c’est donc la garantie de toujours pouvoir faire une télétransmission ». Enfin, l’application intégrera des données supplémentaires : l’identité nationale de santé (INS) – qui permet de disposer d’une même identité patient partagée entre tous les acteurs de soin – et, à terme, les informations concernant les organismes complémentaires.

Concrètement, comment ça fonctionne ?

Le patient pourra choisir d’utiliser la classique carte Vitale physique ou sa version dématérialisée. Pour obtenir cette dernière, il devra télécharger l’application ApCV sur son Smartphone. Il faudra ensuite activer son compte en photographiant sa carte Vitale classique et une pièce d’identité. Ensuite, lors d’une consultation chez un professionnel de santé, le patient pourra soit présenter un QR code que le praticien viendra scanner, soit poser son téléphone sur un terminal sans contact (utilisant la technologie NFC). Il sera ensuite possible de consulter directement le suivi de ses remboursements sur l’application.

Des données sécurisées

Côté sécurité, l’application est dotée d’un système de double authentification. Pour se connecter, il faudra entrer un mot de passe et un code secret personnel reçu par SMS. Seules seront stockées des données d’identification : nom, prénom, genre, sexe, qualité (ouvrant droit, enfant…) et organisme obligatoire de rattachement. Les reçus de dépenses de soins, quant à eux, restent disponibles dans l’application que pendant 7 jours après la consultation. « L’appli carte Vitale dispose du même niveau de sécurité que la carte physique », rassure l’Assurance maladie.
Dans les mois et les années à venir, de nouvelles fonctionnalités devraient faire leur apparition comme la possibilité de déléguer les usages de la carte Vitale à une personne de confiance pour un temps déterminé (par exemple aux grands-parents qui gardent les enfants) ou l’utilisation pour s’identifier de manière sécurisée à d’autres services numériques de santé.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

ARTICLES RÉCENTS