Troubles de la mémoire : vers qui se tourner ?

, par  Vanessa Pageot-Françoise

En cas de troubles de la mémoire, votre médecin traitant reste votre premier interlocuteur. Il vous orientera, si besoin, vers une consultation spécialisée au sein d’un hôpital ou vers un neurologue libéral. Un bilan complet sera alors réalisé, comportant des tests de mémoire ainsi qu’un examen clinique et psychique. Si les troubles nécessitent un contrôle plus approfondi, vous serez pris en charge par un centre mémoire de ressources et de recherche (CMRR)*. « Avec le vieillissement, la première plainte mnésique est "Je commence à perdre la mémoire", mais l’on s’aperçoit qu’il s’agit le plus souvent d’un déficit d’attention plutôt que de troubles de la mémoire », précise Serge Laroche, du centre de neurosciences de Paris-Sud. Une étude en Franche-Comté a analysé, sur dix ans, le profil des patients qui venaient en consultation mémoire : seuls un quart avaient alzheimer. « On oublie trop souvent que cette maladie ne se limite pas à des troubles mnésiques, souligne le docteur Bernard Croisile, neurologue. Il s’agit aussi d’une détérioration du langage, de la gestuelle, du repérage dans l’espace, etc. » Elle affecte également l’autonomie : la personne ne prend plus ses repas de façon régulière, oublie de payer ses factures, s’isole… Dans le cas de trous de mémoire bénins, le spécialiste conseille de noter sur une feuille ou un carnet les tâches à effectuer, de se concentrer sur une chose à la fois et de retrouver une vie sociale.

* Liste des vingt-huit CMRR sur le site de la Fédération nationale des centres mémoire de ressources et de recherche, Fcmrr.fr

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)