Très forte recrudescence des punaises de lit en France

, par  Isabelle Coston

Les punaises de lit envahissent l’Hexagone. Ce n’est pas le titre d’un film d’horreur, mais une réalité qu’a choisi d’aborder la Chambre syndicale des industries de désinfection, désinsectisation et dératisation (CS3D) à l’occasion de la Journée mondiale de prévention des nuisibles.

Lors d’une conférence de presse donnée à Paris le 6 juin, Journée mondiale de prévention des nuisibles, la Chambre syndicale des industries de désinfection, désinsectisation et dératisation (CS3D) a annoncé que la présence de punaises de lit aurait déjà été signalée dans près de 200 000 sites en France, aussi bien des hôtels, des résidences universitaires, ou des maisons de retraite que des résidences de particuliers. Devenus depuis plusieurs années le cauchemar des Nord-Américains, ces minuscules parasites dont les français pensaient s’être débarrassés depuis les années 50 font un retour en force en Europe et dans l’Hexagone. Selon un rapport publié en 2015 par le Centre national d’expertise des vecteurs (CNEV), 87 % des services communaux d’hygiène et de santé auraient déjà été sollicités pour des cas d’infestations par ces insectes.

Un nuisible très coriace

Pour attaquer et piquer leur proie, à la nuit tombée, elles quittent leur lieu de vie, qui est généralement difficile d’accès, et se déplacent avec vélocité. Elles décèlent la chaleur corporelle grâce aux capteurs infrarouges dont elles sont dotées. Incapables de voler (elles sont dépourvues d’ailes), elles sont "véhiculées" par l’homme. Pas plus grosses qu’une lentille, elles sont de couleur brune, mais restent la plupart du temps invisibles et ne se signalent que par les marques de piqûres qu’elles laissent sur la peau des dormeurs ou lorsque ces derniers les écrasent dans leur sommeil, laissant une trace sur les draps. Si vous vous absentez, elles vous attendront, car ces insectes hématophages (qui se nourrissent de sang) ont la particularité de pouvoir jeûner pendant un an.
Comme d’autres parasites tels que les puces ou les poux, les punaises craignent les températures supérieures à 60 °C ou inférieures à 20 °C. Il est donc conseillé de laver tous les textiles à plus de 60 °C et de passer le nettoyeur-vapeur (à louer si vous n’en possédez pas) dans les moindres recoins de chacune des pièces de l’habitation. Le petit chemisier en soie ou le pull en cachemire, eux, peuvent être mis pendant au moins soixante-douze heures au congélateur. En désespoir de cause, tous les meubles infestés devront être jetés à la déchetterie, où ils seront détruits, mais surtout pas déposés dans la rue pour ne pas propager l’infestation. Passer l’aspirateur peut aussi être utile, à condition néanmoins que le sac ayant servi soit hermétiquement fermé et jeté aussitôt à la poubelle. Il ne faut pas non plus négliger les larves nichées entre les lattes de sommier ou de parquet, qui attendent leur heure. Si ces méthodes ne sont pas radicales et si les appartements voisins sont aussi colonisés, ne tardez pas pour solliciter l’intervention d’une entreprise spécialisée, qui procédera à la pulvérisation, voire à la fumigation de produits insecticides puissants. Au moins deux passages du professionnel (à quinze jours d’intervalle) sont indispensables pour espérer s’en débarrasser.
L’invasion de son domicile par les punaises est ressentie comme un véritable traumatisme sur le plan psychologique, tant elle gâche la vie et tant il est difficile de s’en débarrasser définitivement. Même après leur complète disparition, il faut réapprendre à vivre sans et à ne plus guetter le moindre signe d’un possible retour.

Comment s’en protéger

Restez sur le qui-vive lorsque vous êtes en voyage. Surveillez l’apparition de la moindre piqûre et laissez vos affaires à distance du lit ou du coin repos. A votre retour, nettoyez tout scrupuleusement, de préférence à 60 °C, y compris vos bagages, avant de les ranger. Sachez que les punaises de lit apprécient aussi bien les hôtels cinq étoiles que les logements chez l’habitant ou les auberges de jeunesse. Avant d’introduire chez vous un objet déjà utilisé, acheté par exemple dans une brocante, ou un vêtement d’occasion, nettoyez-le soigneusement pour être sûr de ne pas ramener chez vous des larves ou des œufs de punaise. Isoler du sol les pieds des lits ou des canapés en les plaçant dans une coupelle d’eau savonneuse, ou poser des pièges spéciaux vendus dans le commerce, à défaut d’éliminer toutes les punaises, peut permettre d’éviter les piqûres et surtout, de détecter leur présence, notamment après le passage d’un désinsectiseur.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)