Bien-être au travail : plus d’un salarié sur deux est gêné par le bruit

, par  Isabelle Coston

L’enfer, c’est le bruit des autres. C’est ce que déclare plus d’un salarié sur deux selon un sondage de l’association Journée nationale de l’audition (JNA). Ces nuisances sonores altèrent non seulement leurs performances, mais aussi leur santé auditive.

Un actif sur deux se plaint d’un niveau sonore trop élevé au travail, quatre sur dix se voient même obligés de porter des protections individuelles contre le bruit, selon l’enquête réalisée auprès de 708 salariés par l’institut Ipsos pour l’association Journée nationale de l’audition (JNA). Cette dernière lance la deuxième édition de la Semaine de la santé auditive au travail, à l’occasion de la Semaine européenne de la sécurité et de la santé au travail, qui se déroule du 23 au 28 octobre.

Une perte d’efficacité au travail

La pollution sonore fait perdre du temps aux salariés et leurs performances s’en ressentent. Une précédente enquête, menée en octobre 2016*, révélait qu’« un actif sur cinq en poste perd plus de trente minutes de travail à cause de cette gêne », soit 29 % des moins de 35 ans et 32 % des cadres et professions intellectuelles supérieures. Près de 80 % des salariés du tertiaire et 91 % des ouvriers disent être incommodés par le bruit. Enfin, 80 % des actifs peinent à suivre des conversations à cause du bruit ambiant : « pour près de huit actifs sur dix, le bruit au travail provoque des difficultés de compréhension de la parole », indique le sondage de 2017. « Là encore, toutes les catégories socioprofessionnelles sont concernées », précise l’association JNA.

Des risques liés à la fatigue auditive

Au-delà des problèmes de concentration, l’exposition au bruit au travail est source de stress et entraîne une fatigue auditive, voire des surdités. Les résultats du sondage montrent en effet que « 56 % des actifs considèrent que le bruit peut leur provoquer des pertes auditives et des acouphènes ». D’ailleurs, « lors de la dernière campagne de dépistage de l’audition réalisée par la JNA au sein d’une entreprise du secteur tertiaire, sur 400 collaborateurs testés, 100 présentaient des baisses de l’audition non significatives nécessitant un bilan complet chez le médecin ORL et 25 souffraient de pertes significatives de l’audition nécessitant un appareillage », souligne l’association dans son communiqué.

Un petit guide de survie au bruit

Pour aider les salariés à s’extraire du brouhaha général, surmonter le stress et les difficultés liées au bruit dans le cadre de leur travail, en particulier dans les espaces partagés de type open space, l’association JNA publie le guide Santé auditive au travail. En expliquant les bons gestes pour préserver ses oreilles, cette brochure invite à « adopter une nouvelle hygiène de santé auditive », et notamment à apprendre à gérer la fatigue auditive, à s’accorder des moments de répit au travail et ailleurs, à faire pratiquer un bilan régulier de son audition, etc.

* Enquête Ifop-JNA menée du 17 au 20 octobre 2016 auprès d’un échantillon de 1 017 individus âgés de 18 ans et plus en poste de travail.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS