Tramadol : attention au risque accru d’hypoglycémie

, par  Delphine Delarue

Une étude américaine publiée récemment constate un risque augmenté d’hypoglycémie chez les patients traités au Tramadol, cet antalgique dérivé de l’opium fréquemment prescrit pour soulager les douleurs modérées à intenses.

Aux effets secondaires déjà connus du tramadol (nausées, vertiges et plus rarement tremblements, confusion, voire hallucinations) s’ajoute désormais un risque accru d’hypoglycémie (baisse anormale du glucose dans le sang). C’est ce que montre une étude publiée récemment dans la revue Scientific Reports par des chercheurs en sciences pharmaceutiques de l’université de Californie à San Diego. Ce médicament opioïde, disponible uniquement sur ordonnance pour soulager les douleurs modérées à intenses, est le plus consommé de France (12 millions de boîtes écoulées par an) et fait partie des cinq antalgiques les plus prescrits au monde. Inquiets de son utilisation croissante aux Etats-Unis les scientifiques ont souhaité établir une nouvelle analyse de ses effets indésirables et sont « tombés sur une hypoglycémie non répertoriée et inattendue », explique Tigran Makunts, auteur principal de l’étude.

Dix fois plus de risque qu’avec les autres opioïdes analysés

Les chercheurs ont constaté un risque jusqu’à dix fois plus élevé de présenter une hypoglycémie avec le Tramadol qu’avec la quasi-totalité des autres antidouleurs analysés. « Nous avons identifié que seule la méthadone [une substance utilisée pour soigner la dépendance à l’héroïne ou à d’autres opiacés, NDLR] de la cohorte d’opioïdes se comporte de manière similaire », expliquent-ils. L’étude précise en outre que le risque accru d’hypoglycémie est souvent lié à un diabète préexistant, mais qu’il concerne aussi les personnes non diabétiques. Pour parvenir à ces résultats, les auteurs ont analysé 12 millions de rapports issus du système de notification des événements indésirables de la Food and drug administration (FDA) américaine.

Des complications pouvant affecter la qualité de vie

Ces « effets indésirables sont très préoccupants », note les auteurs. Non traitée, l’hypoglycémie peut avoir de graves conséquences, « notamment un dysfonctionnement neurocognitif, des lésions des cellules rétiniennes et une perte de vision, un risque de chute et d’autres complications affectant la santé et la qualité de vie ». Les scientifiques, qui précisent toutefois que leurs conclusions doivent encore être confirmées par un essai clinique contrôlé et randomisé, appellent donc à la prudence. Ils conseillent notamment aux médecins de « surveiller le taux de glucose lors de l’initiation du Tramadol ou de la méthadone » chez tous les patients, qu’ils soient diabétiques ou non. Ils recommandent aussi de privilégier autant que possible les analgésiques non opioïdes chez les personnes « présentant un risque d’hypoglycémie ou de complications associées à l’hypoglycémie ».

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)