Thyroïdectomies : les chirurgiens ont le bistouri moins systématique

, par  Ciem

Par le passé, les chirurgiens ont beaucoup pratiqué d’ablations de la tyroïde en présence de nodules suspects pour protéger le patient d’un éventuel cancer. Résultats : de nombreuses personnes ont subi des thyroïdectomies qui ne se justifiaient pas forcément. Suite aux recommandations des autorités sanitaires, les chirurgiens ont désormais le bistouri un peu moins systématique : de 48 081 thyroïdectomies en 2010, le chiffre est passé à 46 477 en 2014. La Haute Autorité de santé (HAS) demande notamment à ce que les cytoponctions préalables, qui permettent de préciser le diagnostic (nodule cancéreux ou non), soient systématiquement pratiquées. De son côté, la Société française d’endocrinologie (SFE) recommande de ne pas toucher aux nodules sans hyperthyroïdie mesurant 1 à 2 centimètres, mais plutôt de les surveiller de près, précisant que les micro-cancers de la thyroïde ont peu de chance d’évoluer.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)