Tampons : mode d’emploi

, par  Delphine Delarue

« Il y a un facteur de risque important dans le déclenchement d’un syndrome du choc toxique (SCT) : le port prolongé d’un tampon hyperabsorbant. Il s’agit de la situation la plus décrite dans la littérature scientifique », explique le professeur Olivier Graesslin, chef du service gynécologie-obstétrique au CHU de Reims. Les tampons trop absorbants empêchent l’air de passer et, portés trop longtemps, ils induisent un phénomène d’irritation et de macération qui va favoriser la prolifération des germes. « Evidemment, il n’est pas question d’interdire l’utilisation des tampons, mais de rappeler les règles d’hygiène de base, la première étant le lavage systématique des mains avant chaque mise en place », ajoute le professeur. Idéalement, un tampon se change toutes les quatre heures et ne doit en aucun cas être porté plus de huit heures. On recommande aussi l’usage de serviettes hygiéniques la nuit pour limiter le port nocturne prolongé. Enfin, on ne met jamais de tampon en dehors des règles pour absorber des pertes inhabituelles (sang ou pertes colorées). Celles-ci doivent toujours conduire à consulter rapidement.

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS