Syndrome du choc toxique : attention au mésusage des tampons

, par  Delphine Delarue

Cette semaine, le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (BEH) de Santé publique France se penche sur le cas de cinq jeunes filles hospitalisées en réanimation à cause du syndrome du choc toxique lié aux règles. Pour quatre d’entre elles, l’étude a révélé une mauvaise utilisation de tampons hygiéniques.

Dans son dernier numéro, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH, Santé publique France) s’est penché sur le cas de cinq jeunes filles des Pays de la Loire hospitalisées en réanimation entre 2013 et 2016 après un syndrome du choc toxique (SCT) lié aux règles. Très rare (une vingtaine de cas par an en France), cette maladie fait l’objet d’une couverture médiatique importante depuis quelques années. On se souvient notamment de l’histoire de Lauren Wasser, ce mannequin américain amputé de la jambe droite à la suite d’une septicémie induite par le SCT. « Le syndrome de choc toxique staphylococcique est une affection […] potentiellement sévère causée par une souche de Staphylococcus aureus », explique le BEH. C’est cette bactérie, peu commune et importée le plus souvent par l’utilisatrice elle-même lorsqu’elle introduit le tampon dans le vagin sans s’être lavé les mains, qui produit la toxine à l’origine du choc toxique. Favorisé par le port prolongé du tampon et donc par la présence de sang menstruel qui ne s’écoule pas (un très bon milieu de culture pour les bactéries), le staphylocoque se multiplie, avant de produire la toxine. Celle-ci passe ensuite dans la circulation sanguine à travers la muqueuse vaginale, empoisonne le sang et finit par provoquer le choc toxique. Les premiers symptômes s’apparentent à un début de grippe : une forte fièvre, une grosse fatigue, des douleurs diffuses et des frissons.

Des tampons portés toute la nuit

Concernant les cas observés dans les Pays de la Loire, les investigations ont révélé une mauvaise utilisation des tampons : «  Pour quatre cas, un tampon était porté la nuit, soit une durée d’utilisation en continu supérieure à huit heures (alors qu’il est recommandé de le changer toutes les quatre à huit heures ; lire l’encadré ci-dessous, NDLR). Pour un cas, il avait été mis en place la nuit précédant la date des règles », notent les chercheurs. Le lavage des mains, censé être effectué avant et après la pause, « était variable selon les cas ». Trois des cinq jeunes filles utilisaient en outre des tampons de type super ou super +, dont deux tout au long de leurs règles. Or, selon les recommandations officielles, le port de tampons hyper-absorbants doit être limité aux jours où le flux est le plus important.
Autre enseignement intéressant : les analyses sanguines des cinq patientes ont révélé qu’aucune d’entre elles n’avaient développé d’anticorps contre cette toxine, même après l’infection. Cela indique « un risque accru de récidive impliquant d’éviter l’utilisation de tampons vaginaux par ces jeunes filles ». A noter que ces anticorps sont naturellement présents chez 90 % des femmes (ce qui ne veut pas dire qu’elles ne développeront jamais de SCT).

Les bons gestes pour éviter le SCT
A l’occasion de son étude publiée cette semaine sur des cas de syndrome de choc toxique lié aux règles, le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (BEH,Santé publique France) rappelle les précautions à prendre lorsque vous utilisez un tampon :
• lisez la notice qui accompagne les tampons et suivez toutes les instructions ;
• évitez d’utiliser des tampons si vous avez déjà reçu un diagnostic de choc toxique staphylococcique (CTS) ;
• lavez-vous les mains au savon avant d’insérer ou de retirer un tampon ou une coupe menstruelle ;
• changez de tampon toutes les quatre à huit heures, évitez d’en porter la nuit et n’utilisez un tampon que pendant une partie de la journée, en alternant leur utilisation avec celles de serviettes hygiéniques. Utilisez, par exemple, des serviettes la nuit et des tampons le jour ;
• n’oubliez pas d’enlever le tampon ;
• attendez le début de vos règles avant d’utiliser un tampon. Evitez d’en utiliser par mesure de précaution lorsque vous vous attendez à être menstruée d’une journée à l’autre ou pour absorber d’autres types de pertes ;
• utilisez des tampons ayant le pouvoir absorbant minimal nécessaire pour répondre à vos besoins personnels. Le risque de contracter un CTS est plus élevé avec les tampons très absorbants.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS