Stratégie pour l’autisme : un premier bilan trois ans après

, par  Léa Vandeputte

Adoptée en 2018, la stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neuro-développement promettait d’améliorer la recherche, le dépistage et la prise en charge. Si des efforts sont visibles, notamment au niveau du repérage et de la scolarisation, les attentes sont encore grandes.

Le secrétariat d’État chargé des personnes handicapées a présenté, le 2 avril à l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, un point d’étape trois ans après le début de la mise en œuvre de la stratégie nationale pour l’autisme 2018-2022. Très attendu, ce plan devait permettre de « rattraper le retard historique de la France ». Mais qu’en est-il vraiment aujourd’hui ? « Malgré la crise sanitaire, la mise en œuvre de la stratégie s’est poursuivie et commence à porter ses fruits avec des résultats tangibles, dont la portée va pouvoir s’apprécier à court comme à long termes », annonce le gouvernement dans ce document.

63 plateformes d’accompagnement créées

Dans le détail, l’une des mesures phare était la création de plateformes de coordination et d’accompagnement regroupant différents professionnels (médecin, psychomotricien, ergothérapeute, psychologue…) et visant à améliorer les dépistages chez les 0-6 ans. Il en existe d’ores et déjà 63 sur les 100 prévues d’ici à 2022. Ces plateformes ont permis de faire passer le nombre d’enfants repérés de 150 en février 2020 à 6 800 en février 2021. Les différents rendez-vous et les divers examens sont entièrement pris en charge : « Plus de 3 800 familles n’ont déjà plus aucun frais à leur charge pour ces actes de bilan et d’intervention précoce », précise le gouvernement. Du côté du droit à l’éducation pour tous les enfants, des progrès ont été réalisés. « Plus de 41 000 élèves autistes sont désormais scolarisés en milieu ordinaire, 101 professeurs-ressources ont été formés pour guider les enseignants accueillant ces élèves, et 247 classes spécifiques (unités d’enseignement maternelle autiste et élémentaire) créés sur tout le territoire », indique le document. A la rentrée scolaire 2021, 85 nouvelles unités d’enseignement supplémentaires seront créées.

Rattraper le retard

Mais pour les associations, ces efforts ne sont pas suffisants. A l’image d’Autisme France qui estime, dans un dossier de presse publié lors de la journée mondiale de l’autisme, que : « Trois plans autisme, une stratégie depuis le 6 avril 2018, n’ont pas servi à changer significativement la situation ». « Les raisons en sont connues, poursuit-elle. Toujours pas d’études épidémiologiques dignes de ce nom ; pas d’indicateurs de suivi ; pas de moyens pour rendre opposables les recommandations de bonnes pratiques ; aucune initiative pour refondre les formations initiales des professionnels ; peu de respect pour les personnes et leurs familles, leurs besoins, leurs droits ; aucune campagne d’information nationale sur l’autisme ; abandon quasi-total des adultes, en particulier des plus vulnérables. » Il reste encore un peu plus d’un an avant la fin de la stratégie pour répondre aux attentes des personnes autistes et de leurs proches. « Nous savons qu’au regard des retards pris dans les précédentes décennies et de la complexité de ces troubles, il nous reste bien sûr encore des travaux à mener et amplifier dans différents champs, notamment pour les adultes autistes », concède le gouvernement.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

ARTICLES RÉCENTS