Un soutien pour tenir ses bonnes résolutions en 2014

, par  Delphine Delarue

Pour aider les courageux à appliquer leurs bonnes résolutions tout au long de l’année, comme par exemple arrêter de fumer ou boire moins d’alcool, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) rappelle que des services d’aide à distance spécifiques existent et sont facilement accessibles par téléphone et sur internet.

Arrêter de fumer, boire moins d’alcool, se remettre au sport et manger plus équilibré : au classement des bonnes résolutions de début d’année, celles-ci figurent certainement en premières positions. Si au 1er janvier la motivation est toujours à son maximum, elle s’estompe souvent bien vite avant de tomber aux oubliettes jusqu’à l’année suivante. Pour aider les courageux à s’accrocher et augmenter leurs chances de réussite, l’Institut national de prévention et d’éducation à la santé (INPES) rappelle qu’il propose des services d’aide à distance spécifiques, accessibles par téléphone et sur internet.

Tabac-info-service.fr

Selon le Baromètre santé INPES de 2010, 57,6 % des fumeurs souhaitent arrêter de fumer, essentiellement pour des questions de santé. Ces derniers pourront trouver un soutien auprès de Tabac info service, un dispositif d’information et d’aide adapté à tous les profils de fumeurs. Parmi les services proposés : des rendez-vous téléphoniques avec des tabacologues, des informations en ligne ou un service de coaching par mail. Tabac info service est accessible par téléphone au 3989 ou sur internet (tabac-info-service.fr).

Alcoolinfoservice.fr

L’INPES propose le même type de dispositif à ceux qui souhaitent modérer leur consommation d’alcool. Sur le site alcoolinfoservice.fr ou par téléphone au 0810 91 30 30, ils trouveront l’aide dont ils ont besoin pour faire le point et savoir vers qui se tourner. Le site propose notamment un alcoomètre pour auto-évaluer sa consommation et des fiches de renseignements sur les équivalences entre les différentes boissons alcoolisées, les limites à suivre ou encore les risques pour la santé.

Mangerbouger.fr

D’après l’institut, près de 20 % des Français comptent s’alimenter de façon plus équilibrée en 2014. « Si les repères nutritionnels du Programme national nutrition santé (PNNS), indispensables à une bonne alimentation, sont plutôt connus, il n’est pas toujours facile de les mettre en application dans la vie de tous les jours », précise l’INPES qui a donc lancé, en 2013, un dispositif de soutien particulier baptisé « la fabrique à menus ». Intégré au site Mangerbouger.fr, ce générateur de menus permet de composer des repas variés et sains en quelques clics. Ce site propose également des informations sur la nutrition, des recettes et divers outils pour mieux manger. Les internautes y trouveront aussi des conseils pour bouger au quotidien. « Trente minutes d’activité physique par jour permettent d’allier bien-être et santé en cette nouvelle année », conclut l’institut.

Source
« Arrêter de fumer, moins boire, manger mieux, bouger plus... Comment tenir vos bonnes résolutions en2014 avec l’Inpes ? », communiqué de l’Institut national de prévention et d’éducation à la santé, 2 janvier 2013.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS