Les pharmaciens s’inquiètent pour leur avenir

, par  Léa Vandeputte

Neuf organisations de pharmaciens, alarmées par la situation économique difficile que vit leur profession, demandent au gouvernement de leur proposer un nouveau cadre économique avant l’adoption du projet de loi de financement de la Sécurité sociale de 2017.

Dans un manifeste commun publié ce mardi 5 juillet, l’ordre, les étudiants et les syndicats de pharmaciens* alertent sur la « situation économique catastrophique » que connaissent les officines. Ils demandent à la ministre de la Santé, Marisol Touraine, une réévaluation de leur rémunération et une réforme de leur métier.

Des emplois menacés

La rémunération des pharmacies d’officine est en « forte diminution pour la deuxième année consécutive », avec une chute de plus de 2 % sur les quatre premiers mois de l’année 2016. Les pharmaciens estiment ainsi que « les 22 221 officines, leurs 120 000 emplois et les 6 500 apprentis sont menacés par cette situation économique, qui entraîne des fermetures brutales pouvant remettre en cause le maillage territorial ». « Or, la pharmacie est bien souvent le seul poste avancé du système de santé et créateur d’emplois qualifiés dans les zones rurales et les quartiers difficiles », soulignent-ils.

Donner de nouvelles missions

Face à cette situation, les neuf organisations signataires affichent leur volonté de réformer l’ensemble de la profession. Elles appellent donc le gouvernement à s’engager avant que le projet de loi de financement de la Sécurité sociale de 2017 ne soit adopté « pour fixer un cadre économique clair » en prévision de « l’ouverture de la négociation de la convention nationale pharmaceutique qui engagera les pharmacies, l’Assurance maladie et l’Etat pour cinq ans ». La signature d’un accord permettra, selon les auteurs du manifeste, « l’évolution du métier et le renforcement du maillage officinal ».
Ces derniers souhaitent également conforter leur place « dans l’observance et le bon usage du médicament, renforcer leur rôle auprès des personnes âgées en ville et en Ehpad, développer les actions de prévention et de dépistage à l’officine, organiser la continuité ville-hôpital, développer la coordination entre les différents professionnels de santé ». Mais pour exercer ces missions, ils réclament « une rémunération adaptée ». « Sans une prise en compte immédiate de nos difficultés et de notre volonté de réformer la profession, c’est l’égalité de l’accès aux médicaments qui sera remise en question », concluent-ils.

*Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), Union nationale des pharmacies de France (UNPF), Ordre national des pharmaciens, Federgy (chambre syndicale des groupements et enseignes de pharmacies), Collectif national des groupements de pharmaciens d’officine (CNGPO), Union des groupements de pharmaciens d’officine (UGDPO), Association nationale des étudiants en pharmacie de France (ANEPF) et Association de pharmacie rurale (APR).

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS