Sida : le préservatif reste la protection la plus efficace

, par  Aude Malaret

La XXVe Journée de lutte contre le sida a eu lieu le 1er décembre dernier. L’occasion, notamment, de rappeler aux jeunes – cible de la nouvelle campagne de prévention de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) – que le préservatif, pourtant de moins en moins utilisé, est le seul moyen efficace de protection contre les infections sexuellement transmissibles (IST).

Le 1er décembre dernier, la Journée de lutte conter le sida a fêté ses 25 ans. Cette mobilisation internationale avait été lancée à l’initiative de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 1er décembre 1988, soit dix ans avant que l’épidémie n’atteigne son apogée. Rendez-vous incontournable il y a quelques années – on se souvient du préservatif géant déroulé sur l’obélisque de la Concorde en 1993 par Act Up –, cette journée a aujourd’hui perdu de son urgence. Certes, d’énormes progrès ont été réalisés en matière de prévention, d’éducation et de traitement antirétroviraux, mais la maladie n’a pas pour autant disparu. Une campagne d’information à destination des jeunes et l’annonce de la baisse de la TVA de 7 à 5,5 %, sur les préservatifs par la ministre de la Santé, Marisol Touraine, viennent relancer les messages de prévention. Il ne faut pas oublier que 20 000 à 30 000 personnes séropositives en France et dans les territoires d’outre-mer ne savent pas qu’elles portent le virus. Et l’an dernier, 6 400 nouvelles contaminations ont eu lieu.

De moins en moins utilisé

Moyen le plus efficace pour se protéger contre le VIH et les autres infections sexuellement transmissibles (IST), comme la chlamydia ou la syphilis, le préservatif est de moins en moins utilisé et il est négligé par les populations à risque. Selon les dernières enquêtes du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut national de veille sanitaire (INVS), présentées dans Le Monde, 69 % des personnes interrogées estimaient, en 2004, qu’il s’agissait d’un moyen « tout à fait efficace » ; elles n’étaient plus que 57 % en 2011. A l’inverse, 70 % estimaient en 2011 que faire régulièrement un test de dépistage était une manière « tout à fait » ou « plutôt » efficace pour se protéger du sida, alors qu’elles étaient 63 % en 2004. Selon les auteurs de l’étude, « ces évolutions peuvent être le résultat des campagnes de prévention diffusées depuis le début des années 2000 et fortement orientées vers le dépistage », qui ont pu « contribuer à brouiller quelque peu la place du préservatif comme principal outil de prévention ».

Une nouvelle campagne destinée aux jeunes

L’abandon du préservatif est particulièrement inquiétant chez les jeunes, qui méconnaissent les IST. S’ils utilisent majoritairement le préservatif lors du premier rapport sexuel, ils se protègent en effet bien moins pour les suivants, rapporte le site Internet Pourquoi-docteur.nouvelobs.com. Un tiers des moins de 30 ans déclarent que leur dernier rapport était protégé ; en 2004, ils étaient 50 % à l’affirmer. L’usage du préservatif recule, alors que c’est la tranche d’âge qui déclare le plus souvent avoir changé de partenaire au cours des douze derniers mois. Face à cette situation, l’Institut de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) lance une nouvelle campagne d’information qui leur est spécialement adressée, avec le slogan « VIH, chlamidia, syphilis… La meilleur défense, c’est le préservatif ». A cette occasion, le site Onsexprime.fr vient d’être lancé, complété par une page Facebook du même nom. Vidéos, conseils, espaces d’échanges sont proposés, le tout sur un ton humoristique et décalé, pour apprendre tout ce que vous n’avez jamais osé demander sur le corps, les risques et la sexualité.

Sources
- « Sida : le gouvernement annonce une baisse du prix des préservatifs », Tempsreel.nouvelobs.com, 1er décembre 2013.
- « Sida : la baisse de la TVA sur les préservatifs, “une goutte d’eau dans la mer” », Oihana Gabriel, 20minutes.fr, 1er décembre 2013.
- « Journée mondiale de lutte contre le sida : sept choses que l’on a apprises sur le VIH en 2013 », Huffingtonpost.fr, 1er décembre 2013.
- « Sida : “l’annoncer aux autres, c’est un peu se le dire à soi-même” », Caroline Politi, Lexpress.fr, 1er décembre 2013.
- « Trente ans de lutte, et un niveau de sida toujours élevé chez les gays », Didier Lestrade, Slate.fr, 1er décembre 2013.
- Onsexprime.fr, un site de l’Institut de prévention et d’éducation pour la santé (INPES).

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS