Seniors : quand la digestion et le transit ralentissent

, par  Delphine Delarue

Digestion difficile, ballonnements, paresse intestinale, constipation : avec le vieillissement, ces désagréments deviennent plus fréquents. S’ils ne sont pas inquiétants la plupart du temps, certains signes doivent toutefois alerter et conduire à consulter un médecin.

A partir d’un certain âge, la digestion et le transit se font plus paresseux, les repas durent moins longtemps et l’anémie guette. « Au niveau digestif, les personnes âgées se plaignent souvent de dyspepsie, c’est-à-dire de symptômes plutôt vagues, comme des nausées, des ballonnements, quelques reflux, un mal à l’estomac, explique le docteur Nathalie Salles, professeur en gériatrie au CHU de Bordeaux, un ensemble de troubles parfois accompagné d’une perte d’appétit, d’anorexie et d’une perte de poids. Grâce à différentes études, américaines notamment, on s’est aperçu que ces désagréments, à partir de 70 ans, étaient généralement liés à l’âge. » Si le tube digestif ne vieillit pas beaucoup par rapport aux autres organes, il fonctionne en effet plus lentement. « Il y a un ralentissement de la vidange gastrique, précise le professeur. Avant de partir vers l’intestin grêle, le bol alimentaire peut ainsi rester plus longtemps dans l’estomac, ce qui conduit à la sensation de dyspepsie. »

Une satiété atteinte plus rapidement

Le ralentissement de la vidange gastrique induit une distension de l’estomac, une sorte de dilatation qui envoie au cerveau un signal de satiété alors que la personne âgée n’a pas fini son repas. « Celle-ci aura donc tendance à s’arrêter de manger après l’entrée ou au milieu du plat, ajoute le professeur Salles. C’est un des mécanismes de l’anorexie liée à l’âge. On croit souvent qu’il est normal de moins se nourrir quand on est âgé, mais c’est faux, les besoins restent les mêmes. »
Le problème de motricité des muscles lié au vieillissement agit aussi au niveau des intestins et contribue à ralentir l’ensemble du transit, après la digestion. Ce n’est cependant pas la seule explication : la modification du microbiote intestinal, c’est-à-dire de l’équilibre des micro-organismes (bactéries, champignons…) qui vivent dans les intestins, jouerait également un rôle important. « Pour que le tube digestif fonctionne correctement, la flore intestinale doit être la plus variée et la plus riche possible, souligne le docteur Philippe Ducrotté, professeur en hépato-gastro-enterologie au CHU de Rouen. Or, des études irlandaises ont constaté que chez les personnes âgées, et notamment celles qui vivent en institution – où l’on sert des repas préparés –, le microbiote se déséquilibre et s’appauvrit. C’est un phénomène que l’on ne retrouve pas chez les seniors qui restent chez eux et continuent à cuisiner. »
Enfin, une mauvaise dentition peut expliquer l’apparition de troubles digestifs : comme les aliments sont moins bien mastiqués, cela contribue à prolonger la digestion.

Modification brutale du transit

Si tous ces problèmes intestinaux sont généralement bénins, certains signes spécifiques comme une perte de poids importante, une pâleur inhabituelle ou une modification brutale du transit doivent cependant alerter. « A partir du moment où de nouveaux symptômes apparaissent, il faut s’inquiéter, insiste le professeur Salles. Si une personne qui a été constipée toute sa vie devient subitement diarrhéique, qu’elle se met à avoir des alternances diarrhée-constipation et qu’il y a des traces de sang dans ses selles, une consultation chez le médecin s’impose assez rapidement. » Une coloscopie peut alors être envisagée, pour écarter toute suspicion de cancer colorectal ou digestif. De même, des vomissements et des selles noires peuvent être le signe d’un ulcère de l’estomac. Il ne faut donc pas hésiter à contacter son médecin.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS