Vous reprendrez un peu de sel ?

, par  Vanessa Pageot-Françoise

Une pincée de sel dans la poêle, une autre dans l’assiette, si peu… Et pourtant les maladies cardiovasculaires dues à l’excès de sodium tueraient 1,65 million de personnes dans le monde, selon une étude publiée dans le « New England Journal of Medicine ».

L’affinité entre consommation de sel et pression artérielle était déjà connue. Les auteurs de l’étude parue dans le New England Journal of Medicine l’ont chiffrée : 1,65 million de victimes dans le monde. Le tort aux mauvaises habitudes individuelles et, surtout, à l’industrie agroalimentaire, car 80 % du sel consommé en Europe est caché dans les produits transformés : plats cuisinés, bouillons, sauces, pizzas, etc. « Sans parler des produits non emballés comme les produits de boulangerie ou la charcuterie », ajoute Pierre Méneton, chercheur au département de la santé publique et d’information médicale à l’Inserm*. Or, nous consommons deux fois trop de sel : 10 grammes pour les hommes, 8 grammes pour les femmes, au lieu des 5 grammes recommandés par jour. « L’effet majeur de la surconsommation de sodium est l’hypertension. Dix millions de Français en souffrent », précise le chercheur. Certes, la salière n’est pas la seule responsable de cette affection cardiovasculaire : l’âge, le surpoids, la sédentarité ou des apports insuffisants en potassium entrent aussi en jeu. Le lien entre diminution du sodium et réduction des maladies cardiovasculaires a toutefois été mis en lumière par les auteurs anglais, dont l’étude porte sur soixante-six pays.

Cultiver son jardin

Alors, qu’attend-on ? « Depuis dix ans, le discours des politiques français n’a pas changé et tourne autour de l’autodiscipline de l’industrie agroalimentaire, mais ce n’est pas suffisant. Il faut des mesures réglementaires et législatives plus contraignantes », estime le chercheur. En 2002, il a fait partie, à l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), du groupe de travail « Sel : valeur repère », qui préconisait de diminuer de 20 % la consommation de sel en cinq ans. Une recommandation restée lettre morte. Pierre Méneton ne prône pas l’interdiction absolue du sodium, l’un des éléments minéraux essentiels à notre corps au même titre que le potassium ou le calcium. Il pointe du doigt, avec les associations de consommateurs, le lobby des industries agroalimentaires : « Ce qui est vrai pour l’excès en sel l’est aussi pour le sucre ou les matières grasses », observe-t-il. Alors, pour ceux qui le peuvent, quelques herbes aromatiques cueillies sur le balcon seront toujours de meilleures alliées que la salière.

Exercices de maths sur les emballages
• Multipliez les grammes. Un plat préparé qui affiche 1,5 gramme de sel pour 100 grammes, est-ce raisonnable ? Oui si vous n’en consommez que 100 grammes, c’est-à-dire un tiers du plat… La plupart des portions sont calibrées autour de 300 grammes : vous consommez alors 4,5 grammes de sel en un repas, soit quasiment les 5 grammes recommandés par jour.
• Convertissez le sodium en sel : 1 gramme de sodium correspond à 2,54 grammes de sel. Quant au chlorure de sodium, il s’agit tout simplement du nom « chimique » du sel composé de chlore et de sodium. Retrouvez la liste des aliments riches en sel sur le site de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) : https://pro.anses.fr/tableciqual/index.htm, rubrique « Recherche par constituant », puis « Minéraux » et « Sodium ».

 

Sources
- « L’excès de sel, 1,6 million de morts par an ? », de Soline Roy, Lefigaro.fr, 17 aout 2014.
- « Sel : à limiter », Mangerbouger.fr..

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS