Vous reprendrez un peu de sel ?

, par  Vanessa Pageot-Françoise

Une pincée de sel dans la poêle, une autre dans l’assiette, si peu… Et pourtant les maladies cardiovasculaires dues à l’excès de sodium tueraient 1,65 million de personnes dans le monde, selon une étude publiée dans le « New England Journal of Medicine ».

L’affinité entre consommation de sel et pression artérielle était déjà connue. Les auteurs de l’étude parue dans le New England Journal of Medicine l’ont chiffrée : 1,65 million de victimes dans le monde. Le tort aux mauvaises habitudes individuelles et, surtout, à l’industrie agroalimentaire, car 80 % du sel consommé en Europe est caché dans les produits transformés : plats cuisinés, bouillons, sauces, pizzas, etc. « Sans parler des produits non emballés comme les produits de boulangerie ou la charcuterie », ajoute Pierre Méneton, chercheur au département de la santé publique et d’information médicale à l’Inserm*. Or, nous consommons deux fois trop de sel : 10 grammes pour les hommes, 8 grammes pour les femmes, au lieu des 5 grammes recommandés par jour. « L’effet majeur de la surconsommation de sodium est l’hypertension. Dix millions de Français en souffrent », précise le chercheur. Certes, la salière n’est pas la seule responsable de cette affection cardiovasculaire : l’âge, le surpoids, la sédentarité ou des apports insuffisants en potassium entrent aussi en jeu. Le lien entre diminution du sodium et réduction des maladies cardiovasculaires a toutefois été mis en lumière par les auteurs anglais, dont l’étude porte sur soixante-six pays.

Cultiver son jardin

Alors, qu’attend-on ? « Depuis dix ans, le discours des politiques français n’a pas changé et tourne autour de l’autodiscipline de l’industrie agroalimentaire, mais ce n’est pas suffisant. Il faut des mesures réglementaires et législatives plus contraignantes », estime le chercheur. En 2002, il a fait partie, à l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), du groupe de travail « Sel : valeur repère », qui préconisait de diminuer de 20 % la consommation de sel en cinq ans. Une recommandation restée lettre morte. Pierre Méneton ne prône pas l’interdiction absolue du sodium, l’un des éléments minéraux essentiels à notre corps au même titre que le potassium ou le calcium. Il pointe du doigt, avec les associations de consommateurs, le lobby des industries agroalimentaires : « Ce qui est vrai pour l’excès en sel l’est aussi pour le sucre ou les matières grasses », observe-t-il. Alors, pour ceux qui le peuvent, quelques herbes aromatiques cueillies sur le balcon seront toujours de meilleures alliées que la salière.

Exercices de maths sur les emballages
• Multipliez les grammes. Un plat préparé qui affiche 1,5 gramme de sel pour 100 grammes, est-ce raisonnable ? Oui si vous n’en consommez que 100 grammes, c’est-à-dire un tiers du plat… La plupart des portions sont calibrées autour de 300 grammes : vous consommez alors 4,5 grammes de sel en un repas, soit quasiment les 5 grammes recommandés par jour.
• Convertissez le sodium en sel : 1 gramme de sodium correspond à 2,54 grammes de sel. Quant au chlorure de sodium, il s’agit tout simplement du nom « chimique » du sel composé de chlore et de sodium. Retrouvez la liste des aliments riches en sel sur le site de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) : https://pro.anses.fr/tableciqual/index.htm, rubrique « Recherche par constituant », puis « Minéraux » et « Sodium ».

 

Sources
- « L’excès de sel, 1,6 million de morts par an ? », de Soline Roy, Lefigaro.fr, 17 aout 2014.
- « Sel : à limiter », Mangerbouger.fr..

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS