Sécurité sociale étudiante : Myriade vous recommande Vittavi

En devenant étudiant, tout va changer pour votre enfant en termes de protection sociale. Avec son nouveau statut, il sera affilié à la Sécurité sociale de manière autonome.

La gestion de la Sécurité sociale est généralement assurée par les caisses primaires d’assurance maladie (CPAM) ou d’autres organismes habi­lités. Cependant, pour les étudiants, la loi du 23 septembre 1948 a confié cette mission aux organismes de Sécurité sociale ­étudiante.

Un droit et une obligation

L’affiliation au régime étudiant de la Sécurité sociale est à la fois un droit et une obligation (hormis quelques exceptions). C’est aussi une condition pour valider l’inscription administrative de votre enfant auprès du service scolarité de son futur établissement d’enseignement supérieur*.
Ainsi, au moment de son inscription, que celle-ci se fasse par dossier papier ou via Internet, il devra choisir un « centre payeur ».
Myriade est partenaire de ­Vittavi, réseau emeVia, et vous recommande d’affilier votre enfant à cet organisme pour la gestion de son régime obligatoire de Sécurité sociale.
Grâce à ce partenariat, les remboursements de ses frais de santé se feront très simplement, la transmission des décomptes de Vittavi vers Myriade étant automatique.
Vous souhaitez faire le point sur la future situation de votre enfant ? Contactez Vittavi au 0 825 825 715 (0,12 euro hors taxes par minute en France depuis un poste fixe) ou prenez rendez-vous avec un conseiller dans l’une des agences Myriade/Vittavi (liste complète sur Vittavi.fr).

* Pour l’année scolaire 2014-2015, la cotisation annuelle de Sécurité sociale étudiante s’élevait à 213 euros. Renseignez-vous auprès de Vittavi pour connaître les cas d’exonération.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS