Sécurité sociale étudiante : Myriade vous recommande Vittavi

En devenant étudiant, tout va changer pour votre enfant en termes de protection sociale. Avec son nouveau statut, il sera affilié à la Sécurité sociale de manière autonome.

La gestion de la Sécurité sociale est généralement assurée par les caisses primaires d’assurance maladie (CPAM) ou d’autres organismes habi­lités. Cependant, pour les étudiants, la loi du 23 septembre 1948 a confié cette mission aux organismes de Sécurité sociale ­étudiante.

Un droit et une obligation

L’affiliation au régime étudiant de la Sécurité sociale est à la fois un droit et une obligation (hormis quelques exceptions). C’est aussi une condition pour valider l’inscription administrative de votre enfant auprès du service scolarité de son futur établissement d’enseignement supérieur*.
Ainsi, au moment de son inscription, que celle-ci se fasse par dossier papier ou via Internet, il devra choisir un « centre payeur ».
Myriade est partenaire de ­Vittavi, réseau emeVia, et vous recommande d’affilier votre enfant à cet organisme pour la gestion de son régime obligatoire de Sécurité sociale.
Grâce à ce partenariat, les remboursements de ses frais de santé se feront très simplement, la transmission des décomptes de Vittavi vers Myriade étant automatique.
Vous souhaitez faire le point sur la future situation de votre enfant ? Contactez Vittavi au 0 825 825 715 (0,12 euro hors taxes par minute en France depuis un poste fixe) ou prenez rendez-vous avec un conseiller dans l’une des agences Myriade/Vittavi (liste complète sur Vittavi.fr).

* Pour l’année scolaire 2014-2015, la cotisation annuelle de Sécurité sociale étudiante s’élevait à 213 euros. Renseignez-vous auprès de Vittavi pour connaître les cas d’exonération.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

ARTICLES RÉCENTS