Sclérose en plaques : une campagne pour financer la recherche

, par  Léa Vandeputte

La 4e édition de la campagne de communication « Un baiser d’adieu à la sclérose en plaques » se déroule jusqu’à la fin du mois. L’objectif est d’apporter un soutien aux malades, mais aussi de lever des fonds pour la recherche.

Jusqu’au 31 mai, chacun peut participer à la campagne de mobilisation autour de la sclérose en plaques (SEP) qui a pour but de sensibiliser le grand public à cette maladie chronique et d’encourager à donner à la recherche. Intitulée « Un baiser d’adieu à la sclérose en plaques », elle repose sur un principe simple : « porter quelque chose de rouge (vêtement, maquillage, accessoire…) ; se prendre en photos dans un lieu inhabituel et les partager sur les réseaux sociaux en utilisant #kissgoodbyetoms #mssquad ; oser quelque chose qui sort de l’ordinaire (saut en parachute, défi sportif, challenge artistique…) ; partager la campagne en organisant chez soi, avec ses amis ou sur son lieu de travail un événement (dîner, fête, petit déjeuner au travail, vide-greniers…) ».

Créée en 2010 en Australie, cette manifestation - appelée « Kiss Goodbye to MS » en anglais - arrive en France en 2016, sous l’impulsion de la Ligue française contre la sclérose en plaques. Dès la première année, 10 000 euros ont été récoltés. Les organisateurs espèrent battre des records avec cette 4e édition. Les internautes peuvent d’ailleurs suivre l’avancée de la collecte directement en ligne. La sclérose en plaques est une maladie auto-immune qui affecte le système nerveux central. Elle est la première cause de handicap non-traumatique chez les jeunes adultes et touche près de 115 000 personnes en France.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site Kissgoodbyetoms.fr, sur la page Facebook et sur Twitter @KissGoodbyeToMSFrance.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)