Sclérose en plaques : une campagne pour financer la recherche

, par  Léa Vandeputte

La 4e édition de la campagne de communication « Un baiser d’adieu à la sclérose en plaques » se déroule jusqu’à la fin du mois. L’objectif est d’apporter un soutien aux malades, mais aussi de lever des fonds pour la recherche.

Jusqu’au 31 mai, chacun peut participer à la campagne de mobilisation autour de la sclérose en plaques (SEP) qui a pour but de sensibiliser le grand public à cette maladie chronique et d’encourager à donner à la recherche. Intitulée « Un baiser d’adieu à la sclérose en plaques », elle repose sur un principe simple : « porter quelque chose de rouge (vêtement, maquillage, accessoire…) ; se prendre en photos dans un lieu inhabituel et les partager sur les réseaux sociaux en utilisant #kissgoodbyetoms #mssquad ; oser quelque chose qui sort de l’ordinaire (saut en parachute, défi sportif, challenge artistique…) ; partager la campagne en organisant chez soi, avec ses amis ou sur son lieu de travail un événement (dîner, fête, petit déjeuner au travail, vide-greniers…) ».

Créée en 2010 en Australie, cette manifestation - appelée « Kiss Goodbye to MS » en anglais - arrive en France en 2016, sous l’impulsion de la Ligue française contre la sclérose en plaques. Dès la première année, 10 000 euros ont été récoltés. Les organisateurs espèrent battre des records avec cette 4e édition. Les internautes peuvent d’ailleurs suivre l’avancée de la collecte directement en ligne. La sclérose en plaques est une maladie auto-immune qui affecte le système nerveux central. Elle est la première cause de handicap non-traumatique chez les jeunes adultes et touche près de 115 000 personnes en France.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site Kissgoodbyetoms.fr, sur la page Facebook et sur Twitter @KissGoodbyeToMSFrance.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)