Santé cardiovasculaire : toutes les activités physiques ne se valent pas

, par  Isabelle Coston

Pour entretenir son cœur, il est commun de dire qu’il faut se saisir de tous les prétextes pour bouger. Des chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) viennent cependant d’émettre quelques réserves.

Toute activité physique est-elle bonne pour le cœur ? C’est la question que se sont posée des chercheurs. Dans une nouvelle étude coordonnée par Jean-Philippe Empana, de l’Inserm, menée en collaboration avec une équipe australienne, et dont les résultats ont été publiés dans la revue Hypertension, le postulat selon lequel mieux vaut, pour une bonne santé cardiovasculaire, n’importe quelle activité physique plutôt que pas d’activité physique du tout, vient d’être ébranlé. Jean-Philippe Empana et ses collègues se sont appuyés sur les données des participants de l’Enquête Prospective Parisienne III. Cette grande étude française suit depuis dix ans l’état de santé de plus de 10 000 volontaires, âgés de 50 à 75 ans et recrutés au cours d’un bilan de santé au Centre d’examen de santé de Paris.
Dans son communiqué du mardi 5 novembre, l’Institut déclare que l’activité physique n’est pas toujours notre meilleure alliée : « entre la pratique régulière d’un sport, le port de charges lourdes sur notre lieu de travail ou la marche entre amis, ces effets protecteurs pourraient bien varier », constate l’Inserm.

Quand l’activité physique fait plus de mal que de bien

Pire : elle pourrait même tuer. Pour mettre au point une politique de prévention contre la mortalité cardiovasculaire efficace, rappellent les auteurs de l’étude, il faut déjà définir ce qu’est une activité physique salutaire. Ces derniers mettent notamment en garde contre certains gestes physiques réalisés dans le cadre du travail, comme le port répété de charges lourdes, particulièrement délétère. Ils soulignent que les façons de se dépenser n’ont pas le même impact sur la santé. Faire du sport ou jardiner pendant ses loisirs n’a pas les mêmes effets sur la santé que l’activité produite dans un contexte de travail. « L’étude montre que l’activité physique sportive de haute intensité est associée à un meilleur baroréflexe neural (mesure des signaux nerveux envoyés par les récepteurs présents sur les parois de l’artère, en réponse à une distension de celle-ci, NDLR). A l’inverse, l’activité physique au travail (de type port répété de charges lourdes) serait plutôt associée à un baroréflexe neural anormal et à une plus grande rigidité artérielle. Elle pourrait donc être délétère pour la santé cardiovasculaire, et notamment être associée à des maladies rythmiques [pouvant] aboutir à un arrêt cardiaque », concluent les chercheurs.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)