Les sages-femmes autorisées à prescrire l’IVG médicamenteuse

, par  Delphine Delarue

Depuis le 5 juin, les sages femmes sont autorisées par décret à pratiquer des IVG médicamenteuses et à vacciner les femmes enceintes, les nourrissons et leur entourage. Ces mesures, attendues de longue date, ont été saluées par la profession.

C’est désormais chose faite. Depuis le 5 juin, un décret paru au Journal officiel autorise les sages-femmes à réaliser des interruptions volontaires de grossesse (IVG) par voie médicamenteuse et à pratiquer des actes de vaccination sous certaines conditions. Ces mesures, prévues par la loi de santé promulguée en janvier, vont dans le sens des recommandations du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) et ont été largement soutenues par la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Elles étaient également réclamées de longue date par la profession. « La publication de ce décret est une très bonne nouvelle, que nous attendions depuis plusieurs mois, indique Marie-Josée Keller, président du Conseil national de l’ordre des sages-femmes. Maintenant, il nous faut encore attendre la publication de l’arrêté révisant la liste des médicaments que les sages-femmes peuvent prescrire afin que [ces] nouvelles compétences […] soient effectives dans la pratique. »

« Pratique suffisante et régulière »

Dans le détail, les sages-femmes pourront prescrire les IVG médicamenteuses si elles justifient d’« une pratique suffisante et régulière [de cet acte] dans un établissement de santé, attestée par le directeur de cet établissement », précise le décret. Toujours dans le cadre d’une IVG médicamenteuse, le texte leur donne en outre la liberté de dispenser des arrêts de travail allant jusqu’à quatre jours, renouvelables une fois, car ce type d’IVG provoque des contractions douloureuses de l’utérus pour expulser l’œuf et donne lieu à des saignements qui peuvent être très importants.
L’acte de vaccination pourra, lui, être pratiqué sur les femmes enceintes, les nourrissons et leur entourage « pendant la période de huit semaines qui suit l’accouchement conformément au calendrier des vaccinations ».
Une campagne d’information sera par ailleurs lancée le 14 juin par le ministère de la Santé pour préciser la diversité des compétences des sages-femmes et rappeler leur niveau de qualification. « Nous devons faire connaître aux femmes le champ extrêmement large de ces missions, qui font jouer aux sages-femmes un rôle essentiel pour la prise en charge, au quotidien, des femmes en bonne santé », a précisé Marisol Touraine.

Sources
- « IVG médicamenteuse, vaccination : les compétences des sages-femmes élargies par décret », Anne Bayle-Iniguez, Le quotidien du médecin.fr, 6 juin 2016.
- « Les sages femmes peuvent désormais pratiquer les IVG médicamenteuses », 20Minutes.fr, 6 juin 2016.
- « Publication du décret autorisant les sages-femmes à réaliser des IVG par voie médicamenteuse », Ordre des sages-femmes, 7 juin 2016.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS