Risque de pénurie d’amoxicilline : continuer à garantir la couverture des besoins des patients

, par  Léa Vandeputte

C’est un médicament que les jeunes parents connaissent bien, l’amoxicilline est notamment prescrite pour traiter les infections d’origine bactérienne. Pour faire face aux fortes tensions d’approvisionnement et continuer à soigner les jeunes patients, les autorités de santé rappellent les bonnes pratiques.

L’amoxicilline, l’antibiotique le plus prescrit chez l’enfant, « fait l’objet de fortes tensions d’approvisionnement en France », a alerté l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), vendredi 18 novembre. C’est principalement la forme « buvable » de ce médicament, délivrée par les médecins de ville aux enfants qui souffrent d’otites ou encore d’angines bactériennes, qui manque en pharmacie.

Production en baisse, demande en hausse

Les difficultés actuelles sont liées à plusieurs facteurs. Pendant la pandémie de Covid-19 et les différents confinements, les laboratoires ont diminué leur production pour s’adapter à la chute de la demande. Certaines lignes de production ont même été arrêtées. Cette situation couplée à l’augmentation « très importante » de la consommation d’antibiotiques de ces dernières semaines a donc logiquement créé des tensions. « Nous avons demandé aux laboratoires d’augmenter leur capacité de production », assure l’ANSM avant d’ajouter : « Des investigations sont également en cours pour identifier des pistes d’importation de ces antibiotiques depuis l’étranger. »
Interrogé au micro de l’émission « Le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI », le ministre de la Santé et de la Prévention, François Braun, a précisé que les stocks des médicaments « essentiels » étaient « insuffisamment remplis ». Il a ensuite listé les mesures mises en place : mobilisation des acteurs du secteurs ; interdiction de la revente d’amoxicilline aux autres pays ; autorisation pour les pharmaciens de déconditionner, c’est-à-dire d’adapter la délivrance à la durée du traitement. Il a par ailleurs indiqué qu’il prévoyait un retour à la normale « dans les semaines et mois qui viennent » avant d’ajouter : « Les chaînes de production tournent à plein régime, nous ne pouvons pas aller plus vite. Par contre, l’enjeu, qui est majeur, est que ce sont des médicaments qui ne sont pas produits en France. »

Des recommandations pour moins consommer

En attendant que la situation soit rétablie, l’ANSM insiste sur l’importance du respect des bonnes pratiques vis-à-vis de l’utilisation des antibiotiques. Elle rappelle que « les antibiotiques n’ont aucune efficacité contre les infections virales, dont les bronchiolites, la grippe, le Covid-19, les rhinopharyngites et la grande majorité des angines et des otites ». Les médecins sont donc invités à ne les prescrite que lorsqu’ils sont nécessaires et de limiter la durée de traitement à 5 jours pour les pathologies infectieuses courantes.
Face à une prescription d’amoxicilline pour traiter une angine aiguë, l’ANMS recommande aux pharmaciens de vérifier qu’un test rapide d’orientation diagnostique (Trod) qui confirme la présence qu’une bactérie a bien été réalisé. En cas de doute, ils doivent prendre contact avec le médecin. Si le patient a plus de 10 ans, ce test aussi peut être réalisé directement en officine.
Enfin, l’ANSM informe les patients et les parents et insiste sur le fait qu’en cas d’infection virale, le médecin ne prescrira pas d’antibiotiques. Elle préconise alors de demander une « ordonnance de non-prescription » à son professionnel de santé. Ce document précise pourquoi il ne faut prendre des antibiotiques seulement quand ils sont nécessaires – notamment pour limiter l’antibiorésistance – et il permet de faire le point sur les principaux symptômes des infections virales et sur la conduite à tenir pour les soulager.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

ARTICLES RÉCENTS