Rhume : attention aux médicaments vasoconstricteurs pris sans ordonnance

, par  Delphine Delarue

Dans un point d’information, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) rappelle que les vasoconstricteurs, ces médicaments largement utilisés pour traiter les symptômes du rhume, présentent des risques d’effets indésirables « rares mais graves ».

Face à un nez qui coule avec mal de gorge et des maux de tête, le premier réflexe de nombreux Français est de se précipiter à la pharmacie pour acheter un médicament contre le rhume (Actifed Rhume, Humex Rhume, Advil Rhume, etc.). Accessibles sans ordonnance, ces vasoconstricteurs rétrécissent les vaisseaux sanguins et permettent généralement de décongestionner efficacement le nez. Mais attention, prendre ces médicaments à base de pseudoéphédrine (souvent associée à d’autres molécules comme le paracétamol ou l’ibuprophène) expose à des effets indésirables « rares mais graves », indique l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) jeudi 30 janvier dans un point d’information. Parmi ces risques : l’infarctus du myocarde, l’accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique ou hémorragique, l’hypertension ou des réactions cutanées. Ces risques sont connus depuis longtemps et avaient été soulignés par le célèbre pharmacologue Jean-Paul Giroud lors d’une interview donnée au Parisien, en novembre 2017, à l’occasion de la publication d’une étude sur la question par le magazine 60 Millions de consommateurs.

Des fiches d’information pour les patients et professionnels de santé

Devant la persistance de ces effets indésirables rapportés par une récente enquête de pharmacovigilance, l’ANSM a décidé de renforcer l’information du grand public. Dans une fiche d’information qui devra être transmise aux patients en cas de délivrance, l’agence rappelle qu’un rhume guérit spontanément en sept à dix jours. En attendant, pour améliorer leur confort, les malades peuvent commencer « par humidifier l’intérieur de leur nez avec des solutions de lavage adaptées comme du sérum physiologique et des sprays d’eau thermale ou de mer ». Pensez aussi à boire suffisamment d’eau et veillez à maintenir votre logement à une température de 18 à 20 °C. Enfin, n’oubliez pas d’aérer régulièrement les pièces et, bien sûr, ne fumez pas. « Si ces gestes n’améliorent pas vos symptômes, demandez conseil à votre pharmacien avant de prendre un médicament contre le rhume », recommande l’agence sanitaire. Le document détaille aussi les précautions à respecter en cas de prise de vasoconstricteur (posologie, durée du traitement limitée à cinq jours, vigilance en cas d’associations avec d’autres médicaments, contre-indications liées à l’âge et aux antécédents familiaux, arrêt du traitement en cas d’effets indésirable grave).
Une autre fiche, destinée aux pharmaciens, rappelle les questions à poser avant toute dispensation et « indique la conduite à tenir en fonction du profil du patient ».

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

ARTICLES RÉCENTS