Quelles séquelles pour la douleur intense chez le tout-petit ?

, par  Ciem

« La mémorisation d’événements douloureux joue un rôle essentiel dans l’anticipation de l’expérience suivante et peut entraîner des conséquences à long terme, explique l’association d’information sur la douleur de l’enfant Pédiadol. L’enfant, qui éprouve des émotions très envahissantes, est particulièrement concerné par ce ressentiment, dont il ne peut se défendre au cours des premières années. » Les études menées sur la question montrent qu’une douleur intense mal soulagée, surtout lorsqu’elle est répétée, entraîne une majoration de la sensation douloureuse éprouvée lors de gestes ultérieurs. Cela peut conduire à un comportement phobique à l’égard des soins prodigués par les médecins et le monde hospitalier, ainsi qu’à une perte de confiance en l’adulte, à de l’anxiété et à des troubles du comportement. « Dans mon service, je reçois des enfants malades qui viennent de pays où la douleur est mal, voire pas du tout prise en charge, explique le docteur Bergounioux. Certains arrivent dans de véritables états de stress post-traumatique : ils hurlent et se débattent dès qu’on les approche. Il nous faut entre une semaine et dix jours pour les rassurer. » Pour Pédiadol, ces phénomènes délétères « obligent à une prévention et à un traitement systématique » de la douleur.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)