« Quand on tient à quelqu’un, on le retient » : la Sécurité routière met en garde contre l’alcool au volant pendant les fêtes

, par  Constance Perin

Cinq, quatre, trois, deux… Dans quelques jours, nombreux se réuniront en famille ou entre amis autour de quelques verres pour célébrer le passage à la nouvelle année. L’occasion pour la Sécurité routière d’appeler à la prudence quant au risque de conduite en état d’ivresse et de responsabiliser aussi l’entourage.

Il n’est pas toujours évident de responsabiliser une personne qui a trop bu. Sous l’effet de l’alcool, l’individu a en effet tendance à se surestimer et à sous-évaluer le danger. Pour prévenir les risques de l’alcool au volant et les éventuels accidents provoqués, la Sécurité routière renouvelle cette année son message de prévention en adressant sa campagne à l’entourage.
« Qu’est-ce qu’on dit à quelqu’un qui a trop bu pour l’empêcher de reprendre le volant ?  », interroge-t-elle dans son spot audiovisuel réalisé par Fred Testot. La campagne est diffusée à la télévision, à la radio et sur les réseaux sociaux depuis le 19 décembre et jusqu’à la fin du mois.

Des présentateurs engagés pour la bonne cause

Élodie Gossuin, Agathe Le Caron, Christophe Beaugrand ou encore Laurie Cholewa… Dans cette nouvelle campagne de prévention, 31 animateurs s’engagent ensemble à dispenser des messages de prudence sur les routes en imaginant différentes tournures pour trouver « les bons mots » et ainsi convaincre leur invité alcoolisé à ne pas prendre le volant. « Pose ton whisky, je t’appelle un taxi  », « Pour toi la soirée est finie, tu dors ici  », « Tes clés dans ma main, tu me remercieras demain  » ou encore « T’es pas en état, tu restes là  ». Mille et une façons d’empêcher quelqu’un qui a trop bu de prendre son véhicule, et lui éviter ainsi un potentiellement accident.
Cette campagne lancée en 2014 se concentre en effet sur la responsabilité des proches. Ici, l’objectif n’est pas d’empêcher de faire la fête ou de profiter, mais de prendre soin de ceux qu’on aime en leur proposant un taxi ou en les invitant à rester dormir sur place.

En 2021, près d’un tiers des accidents mortels impliquait un conducteur alcoolisé

L’alcool au volant est l’une des premières causes de la mortalité routière. Selon la Sécurité routière, l’alcool multiplie par 18 le risque pour un conducteur d’être responsable d’un accident mortel. La boisson a en effet tendance à diminuer les réflexes, modifier la perception et rallonger le temps de réaction. En 2021, un conducteur alcoolisé était impliqué dans 28 % des accidents mortels. En outre, environ quatre personnes sur cinq tuées dans un accident impliquant un conducteur alcoolisé sont présentes dans le véhicule.
Pour rappel, en France, il est interdit de conduire au-delà de 0,5 g d’alcool par litre de sang. Aussi, dès deux verres d’alcool on atteint cette limite.
Selon le taux d’alcool dans le sang, le conducteur peut voir son permis suspendu pendant trois ans, avec une perte de six points et une amende forfaitaire allant de 135 à 4 500 euros. La peine pouvant même aller jusqu’à deux ans d’emprisonnement si le taux est égal ou supérieur à 0,8 g/l.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

ARTICLES RÉCENTS