Quand les revenus baissent

, par  Delphine Delarue

Selon une enquête de la Ligue contre le cancer publiée en mars 2014, 60 % des patients touchés par la maladie subissent une perte de revenus (de plus de 25 % pour la moitié d’entre eux). Une baisse qui s’explique notamment par les soins « de confort » non remboursés, par exemple les séances chez le psychologue, mais aussi par l’absence de couverture complémentaire. Certaines mesures du Plan cancer III (dont quelques-unes sont déjà mises en place), comme un accès facilité aux indemnités journalières ou la baisse des restes à charge, devraient permettre d’améliorer la situation. A noter également : selon une mesure votée en avril par les députés, les anciens patients n’auront plus à mentionner leur maladie passée pour obtenir un prêt quinze ans après l’arrêt de leur traitement, en vertu du droit à l’oubli.

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)