Quand le Nutella et le sel deviennent des poisons

, par  Enrique Moreira

Nos aliments et surtout ce qui les compose (huile de palme, sel...) font souvent l’objet de vives critiques de la part des autorités sanitaires ou gouvernementales. Dernier produit incriminé : le Nutella. Pas de panique pour autant : un pot de pâte à tartiner n’a jamais agressé personne. Ce qui rend ce type d’aliment dangereux, c’est avant tout l’excès. Comme pour l’alcool, invitez la modération à votre table.

D’aucuns pourraient dire que les sénateurs en font des tartines avec le Nutella. Les Sages ont voté, mardi 13 novembre, un amendement au budget de la Sécurité sociale prévoyant une hausse de 300 % de la taxe sur l’huile de palme, un ingrédient essentiel dans la fabrication de la plus célèbre des pâtes à tartiner. En conséquence, le pot d’un kilo de Nutella devrait augmenter de 6 centimes d’euros. Objectif : faire rentrer 40 millions d’euros dans les caisses de l’Etat et obliger les industries agroalimentaires à remplacer cette huile, riche en acides gras saturés, par d’autres moins nocives. Motif avancé : les produits contenant de l’huile de palme sont souvent des facteurs aggravants de l’obésité infantile et la cause de nombreuses maladies cardiovasculaires, ainsi que de diabète.

Manger avec modération

Il arrive un moment, dans tout petit déjeuner, où ce n’est plus une tartine au Nutella que l’on a en face de soi, mais du Nutella avec un peu de pain en dessous.C’est cet excès qui est dangereux pour la santé, car si la publicité du plus célèbre des produits de Ferrero met en avant le lait et les noisettes, en réalité la pâte à tartiner ne contient respectivement que 6 % du premier ingrédient et 13 % de l’autre. Le reste est en effet composé de gras et de sucre à 60 %. De quoi rassurer les écureuils, mais inquiéter les mamans. Certes, Ferrero se défend en recommandant de consommer seulement 15 grammes de Nutella sur 30 grammes de pain. Difficile cependant de trouver un enfant respectueux d’une telle consigne...
D’où l’intérêt « d’envoyer un signal non pas aux consommateurs, mais aux industries agroalimentaires pour qu’elles substituent à cette huile de nouvelles compositions plus respectueuses de la santé humaine », a indiqué aux Echos Yves Daudigny, député socialiste, auteur de l’amendement. Mais remplacer l’huile de palme, c’est changer la recette, et ça, Ferrero s’y refuse, d’autant que Nutella est cité comme marque référence à 95 % par les Français, en partie à cause de son goût unique.

Trop de sel dans nos plats

Il appartient donc au consommateur d’être vigilant, surtout quand on sait que l’huile de palme se retrouve dans de nombreux aliments (pâtisseries industrielles, chips, biscuits, pain de mie...), mais aussi dans d’autres produits, comme les cosmétiques.
Le même reproche est fait au sel. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a de nouveau tiré la sonnette d’alarme il y a quelques jours. En 2000 déjà, elle conseillait aux Français de réduire de 20 % leur consommation quotidienne de sel. Douze ans plus tard, celle-ci est encore en moyenne de 8 grammes par jour et par personne, soit une diminution de 4 à 10 % seulement.
Si les consommateurs ont généralement conscience de la présence de ces « sels cachés » dans le fromage, la charcuterie ou encore les plats préparés, ils oublient souvent qu’on les trouve aussi dans le pain, les viennoiseries ou encore les céréales. Pourtant, il y a des risques à manger trop de sel, facteur aggravant pour le cholestérol et les maladies cardiovasculaires.

Sources
- Amendement présenté par M. Daudigny au nom de la commission des Affaires sociales, article additionnel après l’article 23 bis, document édité par le Sénat, 14 novembre 2012.
- « Le Nutella est-il vraiment mauvais pour la santé ? », Francetvinfo.fr, 8 août 2012.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS