Quand l’hospitalisation s’impose

, par  Delphine Delarue

Si la plupart des dépressions se soignent en ambulatoire, certaines nécessitent une hospitalisation de plusieurs semaines (en moyenne entre quinze jours et trois semaines, selon la gravité du trouble). C’est le cas pour les formes les plus sévères, lorsque le risque de suicide est important. Le fait de se trouver dans un endroit où il n’a plus à cacher sa maladie permet au patient de se concentrer sur lui-même et sur son traitement. L’hospitalisation peut être décidée par le malade ou imposée par le médecin, à la demande ou non de la famille. Au bout de deux semaines d’internement, un juge décidera si l’hospitalisation demeure justifiée et si la loi a bien été respectée.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)