Produits amincissants : la mise en garde de l’ANSM

, par  Vanessa Pageot-Françoise

La simple pensée d’être vu en maillot de bain vous fait pâlir et vous êtes prêt à essayer « la » méthode miracle pour affiner votre silhouette. Danger ! alerte l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), qui met en garde contre les effets indésirables des produits amaigrissants.

« Grâce à nos pilules, vous perdrez un tour de taille (ou de fesses) », vous garantit la publicité. Vraiment ? Dans un rapport remis en juillet, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) alerte face aux produits amaigrissants et à leurs conséquences sur la santé. Elle rappelle ainsi qu’entre la fin des années 90 et 2014 « l’arsenal thérapeutique médicamenteux s’est fortement restreint en raison d’effets indésirables graves sur le système nerveux central ou le système cardiovasculaire […] ». Aujourd’hui, l’agence juge modeste le rapport bénéfice-risque des rares médicaments autorisés dans le traitement de l’obésité. Elle constate cependant que d’autres spécialités, n’ayant aucune indication dans la prise en charge du surpoids, sont détournées pour leur action diurétique, métabolique, laxative ou encore sur la satiété. En parallèle, deux autres pratiques sont jugées dangereuses : le recours aux plantes, qui, « perçues comme naturelles, sans risque et facilement accessibles puisque ne nécessitant pas de prescription médicale, ne sont cependant pas sans danger », et les achats sur Internet hors des circuits légaux, où il est alors impossible de s’assurer de la provenance et de la composition des produits.

Rester vigilant

Face à cette automédication dangereuse, l’ANSM souligne que toute perte de poids doit répondre à une indication médicale et être accompagnée par des professionnels de santé, les médicaments et la chirurgie étant des solutions de dernier recours.
L’agence poursuit par ailleurs plusieurs actions :
• retrait du marché pour plusieurs médicaments dont la balance bénéfice-risque est jugée négative ;
• interdiction de certaines plantes à l’origine d’effets indésirables graves contenues dans des produits revendiquant un effet amaigrissant (l’Ephedra, par exemple) ;
• interdiction de publicité pour des produits présentés comme bénéfiques pour la santé alors que la preuve de ces allégations ne peut pas être établie.
Côté prévention, elle laisse la balle dans le camp du consommateur, en concluant : « Chacun doit rester vigilant face aux promesses d’efficacité, aux méthodes miracles et autres charlatanismes. »

Source
- Rapport « Evaluation des risques liés à l’utilisation de produits de santé à des fins d’amaigrissement », Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), juillet 2015.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS