Proche aidant : tenir sur la durée

, par  Ciem

Marie-Line, dont le père a été diagnostiqué parkinsonien à 58 ans, est membre de l’association France Parkinson. Elle y conseille les aidants afin qu’ils appréhendent mieux les signes de la maladie. «  C’est une pathologie caractérisée par la lenteur, il faut donc changer de rythme  », souligne-t-elle, décrivant un patient «  perclus de douleurs, apathique, qui doit fournir continuellement de gros efforts pour obtenir de petits résultats  ». Elle qui connaît bien ce quotidien ponctué par les séances de kiné et d’orthophonie relate aussi les repas qui traînent en longueur, les sautes d’humeur, la difficulté à prendre une décision. «  Le moindre geste est compliqué. C’est comme si l’on avait des moufles lorsque l’on tient un objet ou comme si l’on portait un énorme sac à dos et des palmes lorsque l’on marche  », explique Marie-Line, qui précise que, «  contrairement à alzheimer, le malade est conscient de ce qui lui arrive  ». Elle recommande aux aidants de «  conserver une vie sociale autant que faire se peut  », mais aussi d’être patients, de ne pas trop en demander, de se satisfaire de petites choses, comme une simple partie de dominos, et d’accepter que la personne soit fatiguée et ait fréquemment besoin de repos.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)