Presbytie : et la chirurgie ?

, par  Aliisa Waltari

La presbytie simple s’opère assez peu. Il existe cependant deux types d’intervention : une correction par laser et une par pose d’implants. Avant de pratiquer l’une ou l’autre, on attend que le trouble visuel se soit bien stabilisé (autour de 60 ans). Avec le laser, l’ophtalmologiste remodèle la cornée en créant deux espaces particuliers : le premier, au centre, pour permettre la lecture de près et le second, en périphérie, pour voir de loin. La pose d’implants se pratique quant à elle essentiellement dans le cadre d’une chirurgie de la cataracte : on remplace le cristallin opacifié par une sorte de lentille (cristallin artificiel). Si l’on est presbyte, on peut demander que la lentille corrige également la presbytie. « Ces interventions reposent sur le fait que l’on va créer deux images : une de loin et une de près, précise le professeur Gilles Renard, directeur scientifique de la Société française d’ophtalmologie (SFO). La rétine reçoit ces deux images et les envoie au cerveau, à charge pour lui d’interpréter l’ensemble. Malheureusement, cela ne convient pas à tout le monde et certains patients peuvent être gênés. » Mieux vaut donc tester les lentilles multifocales classiques avant d’opter pour l’intervention. « Si la lentille ne convient pas, on peut toujours la changer. Après une chirurgie, évidemment, c’est plus compliqué », conclut le professeur.

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)