Port du masque : où est-il devenu obligatoire ?

, par  Léa Vandeputte

Depuis le 20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos pour les personnes âgées de plus de 11 ans. Cette mesure a pour objectif d’enrayer la progression de la Covid-19 en France.

Alors que la circulation du coronavirus est en augmentation sur le territoire national, le gouvernement renforce les mesures de protection individuelles en rendant le port du masque grand public obligatoire pour les plus de 11 ans dans les lieux clos depuis le lundi 20 juillet. « Cette mesure ne doit pas être considérée indépendamment des autres gestes barrières qui restent plus que jamais de mise (respecter une distance d’au moins un mètre avec les autres, se laver les mains régulièrement, éternuer ou tousser dans son coude, se saluer sans se serrer la main et éviter les embrassades) », précise le communiqué du ministère des Solidarités et de la Santé. Toutefois, en cas de non-respect de cette nouvelle obligation, la sanction prévue est une amende de quatrième classe, soit 135 euros.

Une liste publiée

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a publié sur le réseau social Twitter la liste des lieux où le masque est devenu obligatoire, parmi lesquels les restaurants, les bibliothèques, les musées, les gares, les magasins, les marchés couverts, etc.

« Nous faisons confiance à l’esprit de responsabilité des Français semaine après semaine et nous sommes allés plus loin — à la demande d’ailleurs d’une partie de la population qui le souhaitait et sur les recommandations de scientifiques — en étendant l’obligation du port du masque », a-t-il commenté sur la chaîne France Info. La mise en œuvre de cette mesure soulève pourtant des interrogations notamment de la part des internautes qui demandent, par exemple, comment la situation va être gérée dans les salles de sport. Le ministère de Sport a donc précisé, sur les réseaux sociaux : « Pour les salles de sport : même modus operandi que dans les restaurants où l’on entre, circule et sort avec le masque, que l’on enlève uniquement pour manger. Dans les salles de sport, on ne l’enlèvera qu’au moment de faire du sport, et on le portera le reste du temps. »

Le virus circule toujours

Les autorités de santé constatent des signes de reprise épidémique sur le territoire national. Le point de situation du ministère de la Santé du 20 juillet indique : « SOS médecins a réalisé 428 interventions pour suspicion de Covid-19, soit 5% de l’activité totale. Les services d’urgence ont noté 198 passages pour ce même motif, soit 0,6 % de l’activité totale. 6 589 personnes sont hospitalisées pour une infection Covid-19. 467 malades atteints d’une forme sévère de Covid-19 sont hospitalisés en réanimation. Quatre régions (Île-de-France, Grand-Est, Hauts-de-France et Guyane) regroupent 71 % des patients hospitalisés en réanimation. » « A ce stade, nous sommes très loin d’une deuxième vague épidémique, mais toutefois nous constatons une dynamique de circulation du virus qui nous inquiète et qui doit inquiéter les Français pour qu’ils puissent réagir », a indiqué Olivier Véran avant d’ajouter : « Ce sont les Français qui détiennent les clés du combat contre le virus à travers à l’application des gestes barrières. »

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)