Pollution de l’air responsable d’une hausse des fréquentation aux urgences

, par  Vincent Portois

Une étude américaine démontre la corrélation entre la qualité de l’air et les visites aux urgences des personnes atteintes de problèmes respiratoires. Un constat qui permet de rappeler l’importance de traiter rapidement la question de la pollution atmosphérique.

L’Agence européenne de l’environnement et l’organisation mondiale de la santé (OMS) ne cessent de le répéter : la pollution de l’air est devenue un enjeu de santé publique. Chaque année, elle est responsable de la mort de plus de 1,3 million de personnes dans le monde, en attaquant directement les poumons et les voies respiratoires. De nombreux rapports confirment les avertissements des autorités de santé. C’est en effet le cas de la récente étude parue dans la revue American journal of respiratory and Critical Care Medecin, réalisée par des chercheurs américains des universités du Nevada et d’Emory, qui démontre une forte corrélation, à l’échelle mondiale, entre le nombre d’entrées aux urgences pour les patients atteints de troubles respiratoires (asthme, broncho-pneumopathie chronique, infection respiratoire…) et le taux de pollution dans l’air. Les chercheurs ont étudié la présence de deux polluants à travers 869 pays « une semaine avant la visite aux urgences pour un problème respiratoire ». L’étude d’ampleur internationale a analysé plus de 40 millions de consultations aux urgences avant d’établir un lien entre la présence de PM 2,5 (particules de moins de 2,5 microns de diamètre) qui pénètrent facilement dans le système respiratoire et les visites aux services des urgences pour des troubles de la respiration.

Les personnes âgées et les enfants en tête

Face à des pics de pollution dont l’intensité et la régularité ne cessent d’augmenter, les personnes âgées de plus de 65 ans sont les plus touchées par des troubles respiratoires, principalement de l’asthme, de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), mais aussi par diverses infections respiratoires. Selon l’auteur principal de l’étude, Heather M. Strosnider, on comprend que pour « le taux de PPB (part per billion en anglais ou une partie par milliard, NDLR), à savoir vingt parties par milliard d’augmentation de l’ozone dans l’air, le taux de visites aux urgences pour des problèmes respiratoires a augmenté de 1,7 % chez les enfants […] et de 3,3 % chez ceux de plus de 65 ans ». Au final, l’étude mondiale, qui se veut être la plus détaillée possible, permet aux concernés, tels que les différents responsables de la santé publique, d’engager des préventions très strictes au sujet de la pollution de l’air, notamment envers les personnes les plus vulnérables comme les personnes âgées et les enfants, et surtout de sensibiliser davantage l’opinion publique afin que chacun puisse agir à son échelle.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.