Le poisson à consommer avec modération

, par  Enrique Moreira

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié, le 6 juillet, un avis recommandant de limiter la consommation de poissons et de fruits de mer : pas plus de deux fois par semaine, et deux fois par mois en ce qui concerne les poissons d’eau douce. Elle a en effet constaté un risque de contamination, notamment au mercure et au PCB.

Peut-on encore manger du poisson et des produits de la pêche ? Bien sûr que oui, répond l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), mais avec parcimonie. Si le poisson et les fruits de mer sont reconnus pour leurs précieuses qualités nutritionnelles, l’Anses recommande en effet, dans un avis rendu public le 6 juillet, d’en limiter la consommation à deux portions par semaine, dont au moins un poisson gras (saumon, sardine, maquereau...). Elle espère ainsi limiter les risques de contamination au mercure et aux polychlorobiphényles (PCB) ou encore aux micro-organismes (bactéries et parasites) présents dans l’environnement.

Des recommandations spécifiques

Les poissons d’eau douce (anguille, barbeau, carpe, silure...) étant plus fortement bio-accumulateurs, il est recommandé d’en consommer seulement deux fois par mois, tout comme pour les fruits de mer, qui en filtrant l’eau des rivières cumulent plus de bactéries et de parasites d’origine animale ou humaine.
La toxicité du PCB – « un isolant utilisé dans l’industrie », comme le rappelle France Info – étant particulièrement importante pendant la période périnatale, l’Anses a également formulé quelques consignes spécifiques pour les femmes enceintes ou allaitantes, les fillettes et les adolescentes. Dans tous ces cas de figure, les poissons d’eau douce sont strictement limités à une fois tous les deux mois. Les prédateurs sauvages (lotte, bar, brochet, dorade, raie) ou encore le requin, l’espadon et le marlin sont à éviter pour les femmes enceintes et celles qui allaitent.

Des conseils culinaires

L’Anses souligne également qu’il faut « faire cuire à cœur » les poissons frais et les produits de la pêche, c’est-à-dire faire en sorte qu’ils soient bien cuits à l’intérieur. Et pour ceux qui veulent manger du poisson cru (notamment les amateurs de sushis faits maison), précisons qu’il faut vider le poisson immédiatement après l’achat (ou demander au poissonnier de le faire). Il est aussi recommandé de le congeler pendant sept jours avant de le consommer. En ce qui concerne les coquillages, l’Anses en déconseille la consommation s’ils ne proviennent pas d’une zone d’élevage autorisée et contrôlée. Elle rappelle en outre qu’il vaut mieux les manger dans les deux heures après leur sortie du réfrigérateur.

Riche sur le plan nutritif

Aucune raison de céder à la panique toutefois, l’Anses précise bien que le poisson est très riche sur le plan nutritif : c’est une excellente source de protéines, à l’égal de la viande, et un très bon apport en oméga 3 (dits « à longue chaîne »), ces derniers jouant un rôle important dans la prévention des maladies cardiovasculaires et dans le développement et le fonctionnement du système nerveux.

Sources
- « Poissons et produits de la pêche : synthèse des recommandations de l’agence », Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), 5 juillet 2013.
- « Mercure, PCB, dioxines : l’Anses recommande deux portions de poisson par semaine, pas plus », Franceinfo.fr, 7 juillet 2013.
- « Mercure et PCB : manger trop de poisson, est-ce mauvais pour la santé ? », Lci.tf1.fr, 6 juillet 2013.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS