Plan national maladies rares

Le premier Plan national maladies rares (2005-2008), « Assurer l’équité pour l’accès au diagnostic, au traitement et à la prise en charge », a été lancé conjointement par le ministre de la Santé, le ministre de la Recherche et le secrétariat d’Etat aux Personnes handicapées. Doté d’un financement de plus de 100 millions d’euros sur quatre ans, il a permis des avancées significatives pour l’accès au diagnostic et à la prise en charge et la mise en place de centres de référence et de centres de compétences.
- Les centres de référence coordonnent la définition des référentiels et des protocoles thérapeutiques, la surveillance épidémiologique et la coordination des activités de recherche.
- Les centres de compétences, eux, assurent la prise en charge et le suivi des patients, à proximité de leur domicile, et participent à l’ensemble des missions des centres de référence.
Le deuxième Plan national maladies rares (2011-2014) a pour objectif d’améliorer la qualité de la prise en charge du patient, de développer la recherche sur les maladies rares et d’amplifier les coopérations européennes et internationales.
(Source : Fondation maladies rares.)

DOSSIERS

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)