Plan national maladies rares

Le premier Plan national maladies rares (2005-2008), « Assurer l’équité pour l’accès au diagnostic, au traitement et à la prise en charge », a été lancé conjointement par le ministre de la Santé, le ministre de la Recherche et le secrétariat d’Etat aux Personnes handicapées. Doté d’un financement de plus de 100 millions d’euros sur quatre ans, il a permis des avancées significatives pour l’accès au diagnostic et à la prise en charge et la mise en place de centres de référence et de centres de compétences.
- Les centres de référence coordonnent la définition des référentiels et des protocoles thérapeutiques, la surveillance épidémiologique et la coordination des activités de recherche.
- Les centres de compétences, eux, assurent la prise en charge et le suivi des patients, à proximité de leur domicile, et participent à l’ensemble des missions des centres de référence.
Le deuxième Plan national maladies rares (2011-2014) a pour objectif d’améliorer la qualité de la prise en charge du patient, de développer la recherche sur les maladies rares et d’amplifier les coopérations européennes et internationales.
(Source : Fondation maladies rares.)

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)