Le nouveau rôle du « pharmacien correspondant »

, par  Léa Vandeputte

Les patients peuvent désormais choisir un « pharmacien correspondant ». Celui-ci pourra directement renouveler des ordonnances ou modifier la posologie de certains traitements.

Après le médecin traitant, le patient peut maintenant désigner un « pharmacien correspondant » auprès de l’Assurance maladie, selon un décret publié le 28 mai au Journal officiel. Celui-ci aura un rôle renforcé qui lui permettra de renouveler des traitements et d’adapter une posologie, à condition que l’ordonnance porte mention de cette possibilité.

En lien avec le médecin traitant

La notion de « pharmacien correspondant » n’est pourtant pas nouvelle. Elle a été introduite par la loi du 21 juillet 2009 portant sur la réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST) mais avec une procédure complexe qui n’a jamais réellement été mise en œuvre. Elle donnait déjà la possibilité de « renouveler périodiquement des traitements chroniques, ajuster, au besoin, leur posologie et effectuer des bilans de médications destinés à en optimiser les effets » seulement « à la demande du médecin ou avec son accord ». Cette dernière mention a disparu dans le nouveau décret. Toutefois, le médecin peut toujours indiquer des limites à l’ajustement de posologie ou réduire cette possibilité. La durée totale de la prescription et de l’ensemble des renouvellements ne doit par ailleurs pas excéder douze mois.

Un membre à part entière du parcours de soins

Ces modifications ont été bien accueillies au sein des officines. C’est « un projet qui mise sur l’avenir », a indiqué Philippe Besset, président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) sur Twitter, qui regrette quand même qu’il ne s’agisse pas encore d’une « révolution immédiate ». De son côté, Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats des pharmaciens d’officine (Uspo) a estimé, au micro de France info le 31 mai, que le décret est « une réelle avancée pour les patients » qui « va permettre de se mettre d’accord avec le médecin pour suivre un patient malade chronique ». « Cela s’appelle de la coordination des soins et nous en avons besoin, car il faut gagner du temps médical et permettre au patient d’être suivi à domicile dans de bonnes conditions », a-t-il ajouté. Du côté des médecins, les avis sont plus mitigés. Si certains accueillent d’un bon œil la coopération avec les pharmaciens, d’autres estiment que les rôles ne doivent pas être mélangés. « Le médecin prescrit, le pharmacien délivre », écrit ainsi Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) sur Twitter, et de poursuivre : « Respectons-le, c’est fondamental pour maintenir une bonne qualité de prise en charge des patients. »

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

ARTICLES RÉCENTS