Pesticides : la prudence est aussi de mise pour les usages domestiques

, par  Isabelle Coston

Les pesticides ne sont pas utilisés uniquement dans les champs. Une étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) révèle qu’ils sont également très présents à l’intérieur des maisons.

Soixante-quinze pour cent des ménages français ont utilisé au moins une fois un pesticide dans l’année, selon l’étude Pesti’home, menée par l’Anses. Pour chasser les moustiques, protéger ses plantes contre les insectes, éradiquer les rongeurs ou les parasites et moisissures du bois, traiter son animal de compagnie contre les puces, ou encore appliquer à son enfant une lotion anti-poux : qui n’a jamais utilisé un pesticide à son domicile ? L’enquête, conduite auprès de 1 500 ménages, a permis d’identifier plus de 5 400 produits utilisés dans les intérieurs.

Les pesticides les plus employés
Les pesticides regroupent différents types de produits utilisés pour lutter contre des organismes considérés comme nuisibles : champignons, insectes, acariens, rongeurs, mauvaises herbes, etc. « Les produits les plus utilisés sont les insecticides : 84 % des ménages ayant utilisé des pesticides ont employé des insecticides dans l’année, indique l’Anses. Ce sont principalement des biocides utilisés contre les insectes volants (40 % des ménages) et les insectes rampants (28 %), et des médicaments vétérinaires pour lutter contre les parasites des animaux de compagnie (61 % des ménages ayant un animal domestique). La moitié des utilisateurs d’insecticides en utilisent au moins trois fois par an. Viennent ensuite les herbicides et les produits contre les maladies des plantes d’extérieur, utilisés respectivement par 22 % et 20 % des foyers ayant un espace extérieur : jardin, terrasse, balcon. Les herbicides sont utilisés au moins deux fois par an par la moitié des utilisateurs, tout comme les fongicides. Enfin, les répulsifs cutanés humains, tels que les répulsifs contre les moustiques, utilisés par 12 % des utilisateurs à une fréquence importante : au moins six utilisations par an pour la moitié des ménages et plus de 25 fois par an pour un quart des ménages. »

Non-respect des précautions d’emploi

L’Anses pointe aussi un manque de prudence chez près d’un tiers des ménages, qui ne prennent même pas la peine de lire les notices des produits. Pour finir, l’Agence déplore une certaine négligence quand vient le moment de se débarrasser de ces produits toxiques pour l’environnement : « 60 % d’entre eux jettent leurs produits inutilisés à la poubelle et seulement 31 % les déposent à la déchetterie. » Ces résultats, publiés le 7 octobre, apportent ainsi un nouvel éclairage en pleine polémique sur l’utilisation des produits phytosanitaires dans les domaines agricoles et sur les distances de sécurité qui devraient être mises en place afin de protéger les riverains des zones d’épandage de ces produits. Car effectivement, à quoi bon imposer de telles normes si les gens ne respectent pas, chez eux, les consignes élémentaires de sécurité ?

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Toutes les solutions pour bien vieillir à la maison

Près de neuf personnes sur dix souhaitent vieillir chez elles le plus longtemps possible. Le maintien à domicile, encouragé par les pouvoirs publics, permet le plus souvent de conserver l’autonomie et de retarder la dépendance. Il est aujourd’hui possible par la mise en place de plusieurs aides, à la fois matérielles et humaines. Mais, même s’ils ont le mérite d’exister, ces dispositifs manquent de lisibilité. On fait le point pour vous.

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)