De moins en moins de médecins volontaires pour les gardes de nuit

, par  Léa Vandeputte

En 2015, seuls 65 % des médecins généralistes étaient volontaires pour tenir la permanence des soins, contre 67 % en 2014, selon l’enquête annuelle de l’Ordre des médecins. Dans 31 départements, les gardes de nuit ne sont même plus assurées par manque de praticiens.

Année après année, les médecins volontaires pour effectuer des gardes de nuit se font de plus en plus rares. Tel est le constat posé par le Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom) dans la treizième édition de son enquête sur la permanence des soins ambulatoires en médecine générale. En 2015, au niveau national, le taux de médecins engagés dans la permanence des soins a été de 65 %, soit une très légère baisse par rapport à 2014 (67 %). Derrière ce chiffre se cachent toutefois de grandes disparités territoriales. Ainsi, 25 départements enregistrent une baisse du volontariat, de 10 % et plus pour 15 d’entre eux, alors que 6 départements notent une hausse de l’engagement de plus de 10 %. « Ces évolutions du volontariat, à la hausse comme à la baisse, concernent des départements ruraux comme des départements à forte densité urbaine », indique le rapport.

Un dispositif fragile

L’érosion des vocations a des conséquences. Dans environ 8 % des territoires, la permanence des soins en soirée (de 20 heures à minuit) ne fonctionne pas « en raison d’un déficit de médecins ». Plus grave, les gardes en nuit profonde, c’est-à-dire de minuit à 8 heures, ne sont plus assurées dans 31 départements, soit 69 % des secteurs de permanence, contre 67 % en 2014 et 61 % en 2013.
Les facteurs sociaux de la population médicale, comme « la baisse de la démographie, l’inversion de la pyramide des âges, le déficit d’attrait de la profession libérale auprès des jeunes médecins », expliquent, selon le Cnom, la fragilisation du dispositif. En 2015, « les crispations de la profession face à certaines mesures de la loi de modernisation de notre système de santé » sont aussi en cause.

Améliorer la concertation

Pour inverser la tendance, le Cnom préconise une meilleure collaboration entre les agences régionales de santé (ARS) et les organisations représentatives des médecins généralistes, une « remise à plat profonde de l’organisation territoriale des soins » et une « sensibilisation de la population sur la bonne utilisation du dispositif ». Bien que la création d’un numéro d’appel unique national pour contacter un médecin de garde ait été votée, le Conseil regrette que la permanence des soins n’ait tenu « qu’une place minime » dans la loi santé.

DOSSIERS

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)

Un autre regard sur les maladies mentales

Dépression, anorexie, troubles bipolaires, phobies, schizophrénie… Actuellement, 12 millions de Français souffriraient de troubles psychiques. Pourtant, les maladies mentales restent encore l’objet de préjugés tenaces qui stigmatisent les patients et les isolent à la fois socialement et (...)

Vie affective et sexuelle : une affaire d’éducation

Inhérente à la vie affective, la sexualité est source de découverte à tout âge. Les enfants comme les adolescents, qui se posent de nombreuses questions à ce sujet, devraient pouvoir trouver à chaque fois des réponses adaptées. Car l’éducation affective et sexuelle est un enjeu important de vie en société, (...)

ARTICLES RÉCENTS