De moins en moins de médecins volontaires pour les gardes de nuit

, par  Léa Vandeputte

En 2015, seuls 65 % des médecins généralistes étaient volontaires pour tenir la permanence des soins, contre 67 % en 2014, selon l’enquête annuelle de l’Ordre des médecins. Dans 31 départements, les gardes de nuit ne sont même plus assurées par manque de praticiens.

Année après année, les médecins volontaires pour effectuer des gardes de nuit se font de plus en plus rares. Tel est le constat posé par le Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom) dans la treizième édition de son enquête sur la permanence des soins ambulatoires en médecine générale. En 2015, au niveau national, le taux de médecins engagés dans la permanence des soins a été de 65 %, soit une très légère baisse par rapport à 2014 (67 %). Derrière ce chiffre se cachent toutefois de grandes disparités territoriales. Ainsi, 25 départements enregistrent une baisse du volontariat, de 10 % et plus pour 15 d’entre eux, alors que 6 départements notent une hausse de l’engagement de plus de 10 %. « Ces évolutions du volontariat, à la hausse comme à la baisse, concernent des départements ruraux comme des départements à forte densité urbaine », indique le rapport.

Un dispositif fragile

L’érosion des vocations a des conséquences. Dans environ 8 % des territoires, la permanence des soins en soirée (de 20 heures à minuit) ne fonctionne pas « en raison d’un déficit de médecins ». Plus grave, les gardes en nuit profonde, c’est-à-dire de minuit à 8 heures, ne sont plus assurées dans 31 départements, soit 69 % des secteurs de permanence, contre 67 % en 2014 et 61 % en 2013.
Les facteurs sociaux de la population médicale, comme « la baisse de la démographie, l’inversion de la pyramide des âges, le déficit d’attrait de la profession libérale auprès des jeunes médecins », expliquent, selon le Cnom, la fragilisation du dispositif. En 2015, « les crispations de la profession face à certaines mesures de la loi de modernisation de notre système de santé » sont aussi en cause.

Améliorer la concertation

Pour inverser la tendance, le Cnom préconise une meilleure collaboration entre les agences régionales de santé (ARS) et les organisations représentatives des médecins généralistes, une « remise à plat profonde de l’organisation territoriale des soins » et une « sensibilisation de la population sur la bonne utilisation du dispositif ». Bien que la création d’un numéro d’appel unique national pour contacter un médecin de garde ait été votée, le Conseil regrette que la permanence des soins n’ait tenu « qu’une place minime » dans la loi santé.

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS