De moins en moins de médecins volontaires pour les gardes de nuit

, par  Léa Vandeputte

En 2015, seuls 65 % des médecins généralistes étaient volontaires pour tenir la permanence des soins, contre 67 % en 2014, selon l’enquête annuelle de l’Ordre des médecins. Dans 31 départements, les gardes de nuit ne sont même plus assurées par manque de praticiens.

Année après année, les médecins volontaires pour effectuer des gardes de nuit se font de plus en plus rares. Tel est le constat posé par le Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom) dans la treizième édition de son enquête sur la permanence des soins ambulatoires en médecine générale. En 2015, au niveau national, le taux de médecins engagés dans la permanence des soins a été de 65 %, soit une très légère baisse par rapport à 2014 (67 %). Derrière ce chiffre se cachent toutefois de grandes disparités territoriales. Ainsi, 25 départements enregistrent une baisse du volontariat, de 10 % et plus pour 15 d’entre eux, alors que 6 départements notent une hausse de l’engagement de plus de 10 %. « Ces évolutions du volontariat, à la hausse comme à la baisse, concernent des départements ruraux comme des départements à forte densité urbaine », indique le rapport.

Un dispositif fragile

L’érosion des vocations a des conséquences. Dans environ 8 % des territoires, la permanence des soins en soirée (de 20 heures à minuit) ne fonctionne pas « en raison d’un déficit de médecins ». Plus grave, les gardes en nuit profonde, c’est-à-dire de minuit à 8 heures, ne sont plus assurées dans 31 départements, soit 69 % des secteurs de permanence, contre 67 % en 2014 et 61 % en 2013.
Les facteurs sociaux de la population médicale, comme « la baisse de la démographie, l’inversion de la pyramide des âges, le déficit d’attrait de la profession libérale auprès des jeunes médecins », expliquent, selon le Cnom, la fragilisation du dispositif. En 2015, « les crispations de la profession face à certaines mesures de la loi de modernisation de notre système de santé » sont aussi en cause.

Améliorer la concertation

Pour inverser la tendance, le Cnom préconise une meilleure collaboration entre les agences régionales de santé (ARS) et les organisations représentatives des médecins généralistes, une « remise à plat profonde de l’organisation territoriale des soins » et une « sensibilisation de la population sur la bonne utilisation du dispositif ». Bien que la création d’un numéro d’appel unique national pour contacter un médecin de garde ait été votée, le Conseil regrette que la permanence des soins n’ait tenu « qu’une place minime » dans la loi santé.

DOSSIERS

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

ARTICLES RÉCENTS