Pâte Slime : un jeu d’enfants à ne pas mettre entre toutes les (petites) mains

, par  Isabelle Coston

Le Slime, cette pâte gluante et élastique, de couleur fluo, que les enfants adorent malaxer, parfois durant des heures, n’est pas sans risque pour leur santé. A l’approche de Noël, les autorités sanitaires appellent à rester vigilant en raison d’un certain nombre d’incidents signalés à la fois par les centres antipoison et les dermatologues.

La pâte à la texture visqueuse, très malléable, appelée Slime, fait fureur chez les enfants. Ils raffolent de ce jeu et beaucoup d’entre eux espèrent bien en trouver un pot au pied du sapin. Mais attention, dans un communiqué commun publié le 14 décembre, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et l’Agence nationale de la sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) mettent en garde les parents contre les dangers d’une « manipulation répétée et prolongée » du Slime. Ce n’est pas la première mise en garde, un rapport de l’Anses publié en octobre 2018 détaillait déjà les potentiels dangers de ce jouet à la mode et que l’on trouve un peu partout dans le commerce.

Des signalements en hausse

Atteintes de la peau et des ongles, brûlures, rougeurs, eczéma, démangeaisons… L’Anses et la DGCCRF relèvent une nette hausse des déclarations d’incidents. « De janvier à mai 2018, le nombre de cas signalés a doublé par rapport au nombre de cas recensés sur toute l’année 2017 », soulignent-elles. Les pâtes Slime ont en effet fait l’objet de 87 déclarations entre janvier et mai 2018, contre 91 enregistrées sur toute l’année 2017. Ce jeu très prisé agit comme un antistress et beaucoup d’enfants triturent cette pâte gluante pendant des heures. Or une manipulation « répétée et prolongée » du Slime peut provoquer des irritations et des allergies cutanée « parfois sévères », rappellent les agences sanitaires. Sans parler de ceux qui peuvent la porter à la bouche.

Attention aux préparations « maison »

La DGCCRF et l’Anses mettent particulièrement en cause les préparations « maison ». Nombre de tutoriels sur Internet expliquent comment en fabriquer soi-même en piochant dans les placards toutes sortes de produits ménagers tels que de la lessive, des solutions de lavage des yeux ou de lentilles de contact, des colles ou autres produits contenant des substances irritantes pour la peau, les yeux et les voies respiratoires, voire toxiques pour le système nerveux central. L’Anses s’inquiète notamment de la présence d’acide borique dans les produits ménagers utilisés pour confectionner soi-même le Slime, car cette substance est « classée reprotoxique de catégorie 1B (toxique pour la fertilité et le développement embryofoetal) », précisent les auteurs du communiqué. Ils alertent également sur la possible présence d’allergisants, les isothiazolinones, et de solvants.

Respecter les précautions d’emploi

Mais les pâtes Slime vendues prêtes à l’emploi ou en coffret de préparation peuvent aussi être dangereuses pour la santé. Sur l’ensemble des cas répertoriés depuis 2014 par les centres antipoison, plus d’un tiers sont liés à des pâtes vendues en magasin. C’est la raison pour laquelle les autorités sanitaires insistent sur « l’importance du respect des précautions d’emploi indiquées sur les formes prêtes à l’emploi et sur les coffrets « jouets » vendus dans le commerce ». Un certain nombre a quand même fait l’objet de rappels. « A ce jour, sur 44 produits prélevés en 2018, 14 contenaient une teneur en bore supérieure à la limite autorisée », précise la DGCCRF, qui indique poursuivre ses contrôles « afin d’écarter du marché les jouets non conformes à la réglementation ».

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS