Ophtalmologistes : des mesures pour raccourcir les délais d’attente

, par  Delphine Delarue

La ministre de la Santé souhaite développer la coopération entre les professionnels de la santé visuelle et assouplir les conditions de renouvellement et d’adaptation des corrections par les opticiens. Objectif : remédier aux longs délais d’attente avant l’obtention d’un rendez-vous chez l’ophtalmologiste.

Cent onze jours : selon l’observatoire Jalma de l’accès aux soins 2014, c’est le délai d’attente moyen avant d’obtenir un rendez-vous chez l’ophtalmologiste. Seuls 7 % des usagers auraient un rendez-vous dans les deux semaines, alors que 39 % attendraient plus de six mois. Des chiffres catastrophiques, auxquels la ministre de la Santé compte bien remédier, notamment grâce à deux amendements tout juste introduits dans la loi de santé actuellement examinée au Sénat.
La première de ces mesures, issues d’un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) sur la restructuration de la filière visuelle, entend développer le travail aidé dans les cabinets d’ophtalmologie. Les ophtalmologistes seront encouragés à déléguer certains de leurs actes aux orthoptistes. Ces derniers pourront par exemple effectuer des bilans de la vue et prescrire du matériel de rééducation. Le travail aidé, déjà expérimenté dans certaines régions, comme les Pays de la Loire, « permet d’augmenter jusqu’à 35 % le nombre de consultations possibles, grâce à une meilleure répartition des tâches », indique le cabinet de Marisol Touraine dans un communiqué.

« Un levier majeur pour faire face aux besoins actuels »

Selon le docteur Thierry Bour, président du Syndicat des ophtalmologistes de France (Snof), qui salue la mesure dans un communiqué, « généraliser la coopération ophtalmos-orthoptistes est un levier majeur pour faire face aux besoins actuels et à venir de la population en soins oculaires ». A condition toutefois que, sur le terrain, les pouvoirs publics fassent le nécessaire pour intégrer les orthoptistes au sein des cabinets de secteur 1, histoire de « garantir un accès pour tous à une offre de soins moderne », ajoute-t-il.
Le second amendement introduit dans le projet de loi de santé assouplit les conditions de renouvellement et d’adaptation des verres et des lentilles par les opticiens, « dans un cadre sécurisé et en accord avec les ophtalmologistes ». Le délai de trois ans durant lequel l’opticien peut renouveler ou adapter la prescription de l’ophtalmo pourrait notamment être allongé. Le Snof demande ici « un encadrement sérieux afin d’éviter tout risque pour les patients », les opticiens n’ayant « pas tous le réflexe d’avertir le médecin en cas d’adaptation d’une ordonnance », précise le docteur Bour.

-  « Faciliter l’accès aux soins visuels : Marisol Touraine annonce de nouvelles mesures pour obtenir un rendez-vous plus rapidement chez son ophtalmologiste », ministère de la Santé, communiqué de presse, 11 septembre 2015.
-  « Restructuration de la filière visuelle », Inspection générale des affaires sociales (Igas), juillet 2015.
-  « Rapport Igas, réaction du Snof », Syndicat national des ophtalmologistes de France (Snof), 11 septembre 2015.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS