Ondes électromagnétiques : pas d’effet sanitaire avéré, mais de nouvelles recommandations

, par  Delphine Delarue

Dans un avis rendu mardi 15 octobre, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) affirme que, au regard des dernières publications scientifiques, les ondes électromagnétiques ne représentent pas de risque avéré pour la santé. Elle souligne cependant la mise en évidence d’effets biologiques chez l’homme et l’animal et émet, par précaution, des recommandations pour limiter l’exposition des utilisateurs de téléphones portables.

L’actualisation des dernières données scientifiques disponibles « ne met pas en évidence d’effet sanitaire avéré ». Telle est la conclusion de l’avis que vient de rendre l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sur les conséquences de l’exposition humaine aux ondes électromagnétiques. Baptisé « Radiofréquences et santé », ce rapport épluche les centaines d’études menées sur la question depuis 2009. Verdict : le manque de recul scientifique en la matière ne permet pas d’affirmer que les téléphones portables et autres appareils technologiques sans fil sont dangereux pour la santé. Par conséquent, l’Anses ne proposera pas, au grand dam des associations de lutte contre le développement des antennes-relais, de nouvelles valeurs limites d’exposition pour la population.
Si les conclusions de l’agence semblent n’apporter rien de neuf, puisqu’elles se rapprochent de celles déjà rendues en 2009 – l’Anses avait alors souligné l’absence de preuves concluantes sur la nocivité de ces ondes malgré la reconnaissance de signaux de risques –, elles mettent toutefois en lumière la présence d’indices à ne pas négliger.

Effets sur le sommeil, la fertilité et les performances cognitives

La nouvelle synthèse pointe, certes « avec des niveaux de preuve limités », « différents effets biologiques chez l’homme ou chez l’animal ». Des effets qui peuvent concerner le sommeil, la fertilité masculine ou encore les performances cognitives. L’agence précise également que, dans certaines conditions, les radiofréquences peuvent induire des cassures de l’ADN et un stress oxydatif néfaste aux cellules : autant de mécanismes qui favorisent, on le sait, la cancérisation. Et, bien que le rapport précise que ces modifications biologiques sont « généralement réversibles » et qu’il n’a pas été possible d’établir de lien avéré avec des effets sanitaires, l’Anses admet qu’en la matière des recherches complémentaires sont nécessaires, car, comme le soulignent les associations, les effets biologiques constituent autant de signaux d’alerte à prendre en compte.
D’autant que le rapport cite lui-même certaines publications évoquant une possible augmentation du risque de tumeur cérébrale pour les consommateurs intensifs de téléphonie mobile, c’est-à-dire les personnes qui utilisent leur téléphone portable au moins trente minutes à une heure par jour pendant une vingtaine d’années. Par souci de précaution, l’agence émet donc, une nouvelle fois, un certain nombre de recommandations, comme la généralisation des kits mains libres ou la limitation de l’usage du portable chez les enfants.

Exposition grandissante de la population

Autre élément important souligné : le développement massif des radiofréquences dans l’environnement, qui conduit à une exposition grandissante de la population. Bien que les recherches menées au niveau national montrent que l’exposition globale demeure « faible au regard des valeurs limites », elles révèlent néanmoins « l’existence de zones d’exposition notablement plus importantes », en particulier celles situées à proximité des antennes-relais. Et le déploiement de la 4G ne devrait pas améliorer la situation. Aussi l’Anses préconise-t-elle le développement d’études d’impact avant toute nouvelle installation d’antenne-relais. Une recommandation intéressante selon les associations, qui restent cependant largement déçues par les conclusions générales de l’agence. Dans un communiqué, l’association Priartem affirme par exemple que l’« on n’a pas à attendre que le risque soit avéré pour limiter les expositions ». Selon elle, la seule décision qui s’impose est d’abroger le décret du 3 mai 2002 fixant les valeurs limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques à 0,08 W/kg pour le corps entier et à 2 W/kg maximum mesuré localement dans la tête ou le tronc. Des seuils « insupportables », bien trop élevés, pour Priartem comme pour de nombreux scientifiques.

Sources
- « Radiofréquences et santé », avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), rapport d’expertise collective, octobre 2013.
- « Danger des ondes, un rapport plus alarmiste qu’il n’y paraît », Odile Benyahia-Kouider, Lenouvelobs.com, 15 octobre 2013.
- « Ondes : pas d’effet avéré sur la santé, mais un appel à limiter l’exposition », Paul Benkimoun, Le Monde, 16 octobre 2013.
- « L’onde d’un doute sur la santé », Laurent Mouloud, L’Humanité, 15 octobre 2013.

DOSSIERS

Voyage au cœur des poumons

Jamais la respiration, cette fonction si naturelle, n’avait fait autant parler d’elle en ces temps de masques et de Covid-19. Avec ce virus qui les affecte directement, nos organes respiratoires sont mis sur le devant de la scène médicale. Profitons-en pour explorer nos si précieux poumons.
Les (...)

Maladie chronique : comment « gérer » les douleurs ?

Être atteint d’une maladie chronique est déjà une lourde épreuve. Malheureusement, aux complications et aux difficultés quotidiennes engendrées par la maladie s’ajoutent très souvent des douleurs. Ces dernières, qui évoluent au fil des années en même temps que la pathologie, peuvent devenir de plus en (...)

Le foie, l’allié de notre santé

Alors qu’on le considère moins que le cœur ou les poumons, le foie, véritable dépollueur de notre organisme, est impliqué dans plus de 300 fonctions essentielles à notre vie.

Epigénétique : comment l’environnement influence nos gènes

Selon des études récentes, l’air que nous respirons, ce que nous mangeons, notre activité physique ou l’exposition au stress auraient un impact direct sur le fonctionnement de nos cellules. En laissant des traces sur notre ADN, notre environnement pourrait favoriser le développement de maladies. (...)