L’obésité se stabilise en France

, par  Delphine Delarue

D’après une étude publiée le 13 juin par Santé publique France, la prévalence de l’obésité et du surpoids dans l’Hexagone stagne. Depuis une dizaine d’années, elle concerne autour de 49 % de la population adulte.

La France était déjà l’un des premiers pays au monde à avoir montré une tendance à la stabilisation du surpoids et de l’obésité chez les enfants. Désormais, la situation se stabilise aussi chez les adultes. C’est ce que montre le volet nutrition (chapitre corpulence) de l’étude Esteban* publiée le 13 juin par l’agence Santé publique France. Depuis environ 10 ans, la prévalence de l’obésité stagne en effet autour de 17 % chez les adultes âgés de 18 à 74 ans. La prévalence du surpoids est quant à elle restée quasiment identique, passant de 49,3 % de la population adulte en 2006 à 49 % en 2015. Dans le détail, 54 % des hommes et 44 % des femmes sont actuellement en surpoids. « L’analyse plus précise de la corpulence en fonction du sexe et de l’âge des individus a toutefois montré quelques évolutions significatives : une augmentation de la prévalence de la maigreur chez les hommes et une diminution chez les femmes ; une augmentation du surpoids (obésité incluse) chez les femmes de 40-54 ans et une diminution chez celles de 55-74 ans », précisent les auteurs. L’étude démontre en outre que le surpoids et l’obésité demeurent plus fréquents chez les personnes les moins diplômées.

La maigreur augmente chez les jeunes filles

Du côté des enfants, la stabilisation se confirme : 3,9 % des 6-17 ans étaient obèses et 16,9 % en surpoids en 2015, contre 3,3 et 17,6 % en 2006 (une étude menée en classes de CE1 et CE2 par l’Esen-Santé publique France avait déjà montré une stabilisation de la prévalence du surpoids et de l’obésité chez les enfants de cette classe d’âge). Le surpoids et l’obésité des enfants, en particulier des garçons, sont par ailleurs plus fréquents dans les familles où le niveau d’étude des parents est le moins élevé.
Parallèlement à cette stabilisation, les chercheurs ont constaté que la prévalence de la maigreur chez les enfants avait significativement augmenté, passant de 8 à 13 % au cours des dix dernières années, cette progression touchant principalement les filles âgées de 11 à 14 ans. Il s’agit cependant d’une maigreur de grade 1, qui n’est pas pathologique et ne relèverait pas, semble-t-il, de l’anorexie.

Des chiffres encore trop élevés

D’une manière générale, les auteurs soulignent que, malgré la tendance à la stabilisation, les chiffres de l’obésité et du surpoids restent élevés tant chez les enfants que chez les adultes. « Un adulte sur deux était encore en surpoids ou obèse en 2015 et un adulte sur six était touché par l’obésité », insiste l’étude. Une situation commune aux hommes et aux femmes qui s’aggrave « avec l’avancée en âge ». Ainsi, les objectifs fixés par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) dans le cadre du Programme national nutrition santé (PNNS) 3, et notamment celui de réduire la prévalence du surpoids et de l’obésité, n’ont pas été atteints.
De plus, comme « l’influence du niveau scolaire persiste en matière de corpulence », « ces résultats confirment la nécessité de prendre en compte les inégalités sociales de santé dans la définition de la mise en place des politiques de santé publique », concluent les auteurs.

* Etude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Et si c’était la thyroïde ?

Vous vous sentez énervé, stressé, fatigué et un peu déprimé ? Votre thyroïde vous joue peut-être des tours. En s’emballant ou en devenant au contraire un peu paresseuse, cette petite glande endocrine, véritable chef d’orchestre du fonctionnement de nos organes, gâche la vie de plus de 6 millions de (...)

Quand les bactéries résistent aux antibiotiques

L’antibiorésistance constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale. De plus en plus d’infections bactériennes deviennent difficiles à traiter car les médicaments perdent de leur efficacité. Chacun peut être touché, quel que soit son sexe, son âge ou son pays (...)

SOULAGER la douleur de l’enfant

Longtemps sous-estimée, voire totalement négligée, la prise en charge de la douleur chez l’enfant s’est beaucoup améliorée au cours des vingt dernières années. Elle reste cependant encore très inégale et trop souvent réduite à une simple prise de médicaments. Or, que ce soit en ville ou à l’hôpital, une (...)

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

ARTICLES RÉCENTS