Nouvelle réglementation : le service avant tout

Au premier semestre, plusieurs réformes gouvernementales sont entrées en application. Pour faire face à l’afflux d’adhésions lié à ces changements et mettre de nombreux dossiers en conformité avec la nouvelle réglementation, la Mutuelle Complémentaire d’Alsace a mobilisé toutes ses ressources.

Depuis le 1er janvier 2016 (le 1er juillet 2016 pour les employeurs d’Alsace-Moselle), toute entreprise ou association employant des salariés doit proposer à chacun d’eux une mutuelle collective à adhésion obligatoire. En parallèle, la réforme des contrats «  responsables et solidaires  », au-delà de sa complexité, est devenue une réalité concrète dans le quotidien des Français et touche de plus en plus de personnes. La notion de contrat responsable a aujourd’hui plus de 10 ans : elle a été introduite par la loi du 13  août 2004 relative à l’Assu­rance maladie. Jusqu’à aujourd’hui, la loi imposait des garanties plancher. Depuis le 1er avril 2015, pour continuer à bénéficier des avantages sociaux et fiscaux et être considéré comme «  responsable  », le contrat santé doit respecter, outre des garanties plancher que la loi imposait déjà, les planchers et les plafonds de remboursement prévus par le décret.
Ces réformes ont représenté un vaste chantier auquel les organismes de complémentaire santé ont dû faire face dans des délais très courts. La Mutuelle Complémentaire ­d’Alsace a su mettre en place les dispositifs nécessaires pour rester à l’écoute de ses adhérents, pour répondre à leurs nombreuses questions et, surtout, pour pouvoir assurer au plus vite la gestion de l’ensemble de ses dossiers. Des recrutements ont été réalisés et des solutions trouvées pour garantir le service de qualité qu’un adhérent est en droit d’exiger de sa mutuelle. Les moyens développés n’ont cependant peut-être pas permis de répondre aux attentes et aux besoins de chacun dans un délai raisonnable, et nous regrettons la gêne occasionnée.
Sachez néanmoins que la satisfaction de ses adhérents reste la principale préoccupation de la MCA, qui met toujours tout en œuvre pour garantir le meilleur service.
Merci de votre confiance.

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS