Non-recours aux droits sociaux : des milliards d’euros en suspens

, par  Delphine Delarue

Chaque année, en France, des milliards d’euros de prestations sociales ne sont pas réclamés par leurs bénéficiaires. Un phénomène lourd de conséquences économiques pour la collectivité, qui aggrave la pauvreté et l’exclusion.

Si la fraude sociale coûte, chaque année, 4 milliards d’euros à la collectivité, son envers, à savoir le non-recours aux aides sociales, représenterait de son côté un montant largement supérieur. C’est ce que soulignent les chercheurs de l’Observatoire des non-recours aux droits et aux services (Odenore), auteurs d’un ouvrage sur la question (L’envers de la fraude sociale, paru début novembre). Selon ce livre, chaque année, 5,7 milliards d’euros de revenu de solidarité active (RSA), 700 millions d’euros de couverture maladie universelle complémentaire (CMUC) et 378 millions d’euros d’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS), entre autres, ne seraient pas versés aux personnes qui pourraient en bénéficier. « Il y a dans notre pays non pas des excès de fraude, mais des excès de non-recours à des droits qui existent et auxquels nos concitoyens de font pas appel », a récemment reconnu la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, promettant « des réponses » à ce phénomène. Pour les chercheurs, le non-recours, encore trop rarement évoqué, a plusieurs explications et notamment le défaut d’information ou encore la lourdeur décourageante des démarches administratives.

Complexité de certains formulaires

Dans une note récemment publiée, le Centre d’analyse stratégique évoque « la complexité de certains formulaires de demande », les « trop nombreuses pièces justificatives » à fournir, le « manque de support individualisé », la « mauvaise distribution des services publics sur le territoire », les « files d’attente » ou encore « l’absence d’explication lorsqu’une demande est rejetée », ce qui peut conduire certains à ne pas renouveler leur démarche quand leur situation change.
De plus, ces changements de situation, auxquels sont fréquemment confrontés les allocataires, désorientent : les bénéficiaires perdent leurs droits, puis les retrouvent, sans le savoir. La honte ressentie par certains est une autre explication. « Des particuliers peuvent ne pas demander une prestation par crainte d’être stigmatisés », précise le Centre d’analyse stratégique. Le non-recours semble aussi lié à des « compétences individuelles » : « Un individu aura […] de la difficulté à appréhender son éligibilité, sera trop isolé et désocialisé pour faire la demande, aura des difficultés à lire ou à écrire », ajoute l’institut d’expertise. Le montant et la durée des aides peuvent également sembler dérisoires aux ayants droit, qui décident alors de ne pas entreprendre de démarche.

Moins de recettes pour la collectivité

Pour les chercheurs de l’Odenore, le nouveau gouvernement doit s’occuper de ce phénomène en priorité, car « ce qui n’est pas dépensé n’est en rien une économie. Cela signifie au contraire l’appauvrissement de bon nombre de ménages et la destruction de recettes pour la collectivité ». Les aides non versées réduisent en effet le pouvoir d’achat des ayants droit et donc leurs capacités de consommation. De même, le défaut de couverture santé conduit au renoncement aux soins, ce qui joue sur l’état général de la population et coûte au final plus cher au système de santé.
Alors que la Conférence nationale contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale a prévu de se pencher sur la question les 10 et 11 décembre prochain, le Centre d’analyse stratégique propose d’ores et déjà plusieurs solutions, parmi lesquelles la création d’une plate-forme d’échanges entre administrations destinée à mieux repérer les ayants droit. Autre idée évoquée : la mise en place d’un système d’analyse annuel des taux de renoncement avec la participation des acteurs de terrain, agents de l’Etat et bénéficiaires.

Sources

- « Le non-recours aux droits sociaux, un phénomène massif, accentue la pauvreté », Lenouvelobs.com, 26 novembre 2012.
- « Fraude, indus, non-recours : comment faciliter le juste paiement des prestations sociales ? », note d’analyse du Centre d’analyse stratégique, novembre 2012.
- « Le non-recours : définition et typologies », document de travail, Odenore, juin 2010.

DOSSIERS

Cuisiner, c’est bon pour la santé

Choisir des produits sains et se préparer à manger plutôt que recourir à des plats industriels est un moyen simple de préserver sa santé, d’autant qu’il n’est pas nécessaire d’être un véritable cordon-bleu pour se faire du bien. Cuisiner est aussi un formidable moyen de partager : faire découvrir aux (...)

Vivre avec la maladie de Parkinson

Avec plus de 200 000 personnes touchées en France, la maladie de Parkinson­ est l’affection neurodégénérative la plus fréquente après l’alzheimer. Elle évolue lentement, se manifeste parfois par des tremblements, mais surtout par des difficultés à effectuer des gestes et constitue ainsi une cause de (...)

En finir avec le mal de tête

Même s’ils peuvent être très gênants, les maux de tête sont la plupart du temps sans gravité, mais quand ils se répètent, c’est toute la qualité de vie qui est altérée. Heureusement, qu’il s’agisse de céphalée de tension ou de migraine, des solutions efficaces existent, à condition de bien identifier la (...)

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

ARTICLES RÉCENTS