MUTUELLE D’ENTREPRISE : UN NOUVEL ENCADREMENT TARIFAIRE POUR LES ANCIENS SALARIÉS

, par  Gabrielle Claisse

L’article 4 de la loi Evin accorde aux salariés quittant leur entreprise, lors d’un départ à la retraite par exemple, le droit de pouvoir continuer à bénéficier des mêmes garanties santé que celles offertes par la complémentaire santé collective obligatoire à laquelle ils adhéraient au sein de leur entreprise. La participation patronale s’arrêtant bien entendu lorsqu’ils quittent l’entreprise, qu’est-il prévu pour ceux, notamment les jeunes retraités, qui souhaitent conserver des garanties santé identiques ?
Auparavant, afin d’amortir une hausse subite des cotisations des anciens salariés, la loi Evin interdisait à l’organisme assureur d’augmenter de plus de 50 % le tarif global applicable aux salariés en activité, ce plafonnement étant constant et sans limitation de durée. Le précédent gouvernement a décidé, le 21 mars 2017, de modifier l’article 4 de cette loi par un décret. Le nouveau texte prévoit de lisser la hausse sur trois ans, puis de supprimer tout plafonnement. Il stipule que « la première année, les tarifs ne peuvent être supérieurs aux tarifs globaux applicables aux salariés actifs ; la deuxième année, ils ne peuvent être supérieurs de plus de 25 % […] ; la troisième année, ils ne peuvent être supérieurs de plus de 50 % […] ». A compter de la quatrième année, le décret ne prévoit plus de plafonnement de la hausse : l’organisme assureur peut donc fixer le montant de la cotisation, en proportion, pour la Mutuelle des pays de Vilaine, du coût moyen annuel d’une personne à la retraite. ●
Isabelle Coston

SUR LE MÊME SUJET

DOSSIERS

Santé au travail Prévenir les risques professionnels

La récente intensification du travail induit de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas sans risques sur la santé physique et mentale des salariés. Ces contraintes se traduisent essentiellement par une augmentation des troubles musculo- squelettiques (TMS) et des pathologies psychiques au (...)

Surveiller sa santé grâce aux objets connectés

Depuis l’apparition des podomètres « intelligents », nombreuses sont les personnes qui consultent régulièrement leur Smartphone pour savoir combien de pas elles ont faits dans la journée. Les objets connectés, très populaires, ont donné une deuxième jeunesse à la prévention en apportant un aspect ludique (...)

Autisme : Quelle prise en charge aujourd’hui en France

Manque de structures adaptées et d’informations, faible coordination entre les différents intervenants, discours contradictoires de professionnels, absence d’interlocuteur unique au sein du système de soins… En France, malgré trois plans Autisme successifs, la prise en charge de ce trouble reste (...)

Plastiques, cosmétiques, alimentation…

Les perturbateurs endocriniens font désormais partie de notre environnement quotidien. Problème : ces molécules sont rendues responsables de malformations génitales, de pubertés précoces et de diminution de la fertilité. On les soupçonne également de jouer un rôle dans le développement de l’obésité, du (...)

ARTICLES RÉCENTS